Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 09:45

 

 

Romainville le 17 janvier 2015

 

Propos du père François

 

Nous sommes encore dans la période des vœux, c’est pourquoi j’ai pensé à offrir à notre maire les étrennes qu’elle mérite.

Le propos que vous allez lire est long (trop long), surtout à cause des nombreuses pièces jointes) mais il mérite toute votre attention. 1

 

Je veux ici reparler, sans entrer dans les détails, du recrutement, en 2004, de la directrice de notre OPHLM (ou Romainville Habitat) qu’on venait juste d’écarter, moyennant finances, d’un organisme parisien semblable (la SIEMP), où sa gestion avait été jugée catastrophique par la Cour Régionale des Comptes, gestion qui lui valut par la suite 1000 euros d’amende. 2

Nous nous contentâmes, une conseillère municipale et moi (chacun de  notre côté), de demander à la mairie les raisons de ce recrutement surprenant. 

Vous trouverez dans les publications suivantes les termes de la question que la conseillère tenta de faire inscrire à l’ordre du jour du conseil municipal du 15 septembre 2014.

Mes propres écrits (que je ne conserve pas), vous pouvez les retrouver sur le blog de Maurice Les Grands Champs ».

Au conseil du 15 (ou 17 ?) septembre, la conseillère s’étant étonnée que sa question ne figure pas à l’ordre du jour se vit répondre par la maire que cette dernière avait à ce sujet déposé une plainte en diffamation et qu’elle levait le sujet (publication de 9h15 et 9h35).

On peut tout de suite constater qu’il n’y a pas la moindre diffamation dans la question orale, et que, de toute façon, celle-ci n’ayant pas été lue en conseil ne pouvait en aucun cas être considérée diffamatoire, la « publicité » étant l’élément constitutif essentiel de la diffamation.

La maire en était parfaitement consciente car, depuis la mi-septembre, aucune plainte n’a été déposée par elle, ni n’est parvenue à notre connaissance.

Il s’agissait donc là, tout simplement, d’une manœuvre d’intimidation de la maire et d’une tentative de mettre au pas une opposition qu’on souhaiterait voir plus consensuelle, plus « obéissante ». 3

La maire ne devait pas s’en tenir là, et, dans deux articles du Parisien Libéré, intitulés « Corinne Valls prend la défense de la directrice de Romainville Habitat » et « Les tensions s’exaspèrent au conseil municipal » (publication de 9h25 et 9h20) elle sort carrément de ses gonds et pourraient lui valoir de sérieux ennuis en justice si le cœur nous en disait. 4

Après avoir fourni à la journaliste (ce qui est un comble) une partie des précisions que nous lui demandions, mais sans avoir répondu à la seule question que nous avions posée, elle ajoute que si un conseiller lui repose une question semblable à l’avenir, elle le priera de sortir immédiatement de la salle du conseil, ce qui une pure et simple illégalité.

L’article pourrait prêter à sourire (musique de Stars War sur le répondeur, « regard fermé et dur », « silence pesant », « cinglant » ; on se croirait dans un mauvais film de série B) si elle n’annonçait à nouveau que « nous portons plainte contre x pour diffamation » et que, dans ce « x », on peut déjà faire figurer les noms de François Le Cornec et de Corinne Buzon. 5

Cette nouvelle plainte, on ne la verra pas davantage arriver (et pour cause) mais des noms d’oiseaux continueront à circuler (sans qu’ils soient appliquées à des personnes désignées) tels que « des anciens fonctionnaires de l’État » (suivez mon regard) qui se voient traités de « collabos », sans parler de « vol noir des corbeaux » et autres conneries. 6

Vous avez compris que, comme toujours, on crée d’abord un danger imaginaire (mise en cause de la directrice de RH, calomnie, diffamation), avant de se poser en rempart contre ce péril, procédé idiot et classique, mais qui marche parfois. 7

 

Pour moi, je préviens la maire, ou plutôt le duo, que je ne tolérerai plus que mon nom soit livré au public, surtout assorti d’épithètes malsonnantes.

La maire a de la chance que nous n’aimions pas les procès car nous avions matière, dans ses propos et ceux de son concubin, à lui intenter un procès qui aurait visé la diffamation, la calomnie et les injures publiques.

 

Sans exiger un droit de réponse, j’ai demandé à la journaliste du Parisien qui avait cité mon nom, de bien vouloir exposer ma version des faits.

Elle ne l’a pas fait, c’est pourquoi je reproduis en (publication de 9h25) l’e-mail que je lui ai adressé (sans résultat) à ce sujet. 8

 

Pour terminer, je ferai remarquer que la maire, à travers ses gesticulations, ses postures et ses manœuvres d’intimidation, n’a pas répondu à la seule question que nous lui posions : quelles sont les raisons qui l’ont poussée à recruter à la tête de RH une personne dont les antécédents posaient de sérieux problèmes, antécédents dont elle aurait du s’enquérir. 9

Le comportement de la maire a largement contribué à déclencher puis à accroître nos suspicions.

Je vais dans ces conditions renouveler la démarche que j’avais effectuée le 18 septembre dernier en demandant au préfet, par lettre recommandée avec AR, de saisir la Chambre Régionale des Comptes afin qu’il soit procédé à l’examen des conditions de recrutement de la directrice de RH (publication de 9h20) et, consécutivement à un audit des activités de RH depuis 2004.

Je rendrai publique cette lettre aussitôt qu’elle sera envoyée.

 

Voilà ; j’espère que vous serez quelques uns à être allés jusqu’au bout de ce « propos » et à avoir réussi à « ouvrir » les pièces jointes. 10

 

Salut à tous.

 

François Le Cornec

 

 

– – – – – – – – – – – – – – –

 

Commentaires de Maurice (avec l'approbation de François)

 

1) tous tes propos mérite attention !

2) Embaucher une personne qui a eu maille à partir avec la justice et la cour de Discipline Budgétaire et Financière pour le poste qu'elle occupait précédemment et refuser de donner des explications aux élus qui les demandent est pour le moins surprenant, surtout si c'est pour occuper un poste similaire ! Des questions se pose sur le : pourquoi l'avoir embauché ?

3) à ma botte ! Je les veux à ma botte et à genoux ! (elle doit en rêver ; avec un fouet ?)

4) elle, elle ne se générait pas comme elle l'a déjà fait en allant jusqu'à ce qu'elle n'est plus de recours, car elle, et il, a perdu ! (je tiens l'histoire du Romainvillois concerné)

5) jeter en pâture le nom des personnes avec qui l'ont a des déconvenues est un grand classique, quitte lorsque cela tourne vinaigre de dire : c'est une erreur excusez-moi.

6) Ce genre de propos est une spécialité de l'adjoint à la culture, il en tenait déjà de semblables lors des conseils de quartiers. (il m'a fait le coup de grandes envolées lyriques sans succès)

7) mouais, mais à trop crier au loup, plus personne ne prend au sérieux les propos, bien au contraire !

8) elle ne publie plus dans Le Parisien depuis plusieurs semaines, pourtant elle essayait de se faire un réseau d'informateurs, y aurait-il eu des pressions pour que certaines informations ne paraissent pas ?

9) ben oui ! Que pensais-tu qu'elle faisait en s'agitant et parlant à tout va ? Qu'elle essayait de te séduire ? Non, elle t'endormait comme le fait un prestidigitateur lorsqu'il fait son tour pour que tu ne te rendes pas compte de ce qu'il ce passe, là, c'est pareil, une fois terminer tu ne sais plus de quoi il était question et tu ensoleillé Gros-Jean comme devant.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by François LC - dans Propos du Père François
commenter cet article

commentaires