Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 19:02

 

 

Commentaires sur les propos du père François du 30 janvier 2015, de Paul et Maurice.

 

Les réflexions de Paul peuvent paraître pleines de « bons sens », d'altruisme voire de pragmatisme moderne au plus il part de son cas personnel que l'on ne peut envier. Cependant, son cas pas nouveau ; me rappelle mon vécu de jeunesse.

Dans les années 50, étudiant, je pratiquais le basket-ball et arbitrais au niveau régional. Certaines fois mon retour de province, n'ayant pas les moyens d'aller à l’hôtel, m'obligeait à dormir dans la salle d'attente de la gare, en attendant le premier train pour Paris.

Dès 4h30, je voyais arriver de nombreux voyageurs en partance pour Paris. Je compatissais à leur existence dans la situation du moment. (pas de logement, - abbé Pierre – pas d'emploi stable, niveau de vie médiocre … )

Depuis la délocalisation du monde ouvrier parisien, l'arrivée des rapatriés d'AFN a lancé la construction de cité hlm en banlieue parisienne.

Chaque ville s'est inscrite dans le mouvement. À Romainville, le maire communiste Pierre Kérautret, père de la 1ere colo de vacances en 1938, avait une vie sociale démocratique, de l'urbanisation de la ville et a « privilégié » le confort de ses habitants.

À Romainville, nul grand ensemble ne répond aux critiques de « cités de banlieue » tant décriées.

Romainville à cependant son slogan : quand une ville est aussi un village » qui à succédé à « bois perdu, cite parue ». Les Romainvillois étaient fiers de l’être et appréciaient cette vie conviviale et associative.

Depuis, la spéculation immobilière a vampirisé notre ville. Pour les anciens Romainvillois qui assistent impuissants (pour le moment) à la ghettoïsation dans ses nouvelles constructions (dans la majorité sur d'anciens sites d’activités ou industriels, le casernement des résidences, de la boulangerie rue Carnot, de Nokia, de la démolition de la résidence pour personnes âgées Pierre Kérautret ainsi que de la salle Marcel Paul à côté, les « nouveaux clapiers » rue Benfleet) … et ceux à venir !

Sans être expert, on peut annoncer dès a présent la transformation de ces constructions en taudis dans les décennies à venir (voir ce qu'il c'est passé à Montfermeil et Clichy-sous-Bois)

En ce qui concerne la préservation de nos campagnes, lire « Mickey l'arnaque de Gilles Smadja édition messidor.

En ce qui concerne « Gagarine », on peut être indigné du projet ourdi par une municipalité (« cornaquée » par des promoteurs) et la très grande majorité des habitants le sont aussi.

Des experts, il y en a de nombreux en tous genres. En 1980, ceux qui nous pronostiquaient un an 2000 endémique ont disparu de l'horizon ou peut-être nous des aujourd'hui d'attendre toujours au nom de l’efficacité économique.

La densification est une des théories du monde économiques défendues par le « monde financier »dont l'objectif est de rentable est d’élargir les espaces en concentrant les populations d’où le projet de Mehonesle Pari au Havre ?

On peut s'inscrire dans cette « logique « thatchérienne », mais l'on peut aussi revenir au « respect de l'humain » qui a toujours été la politique précédente municipalités de gauche à Romainville.

 

L'histoire de Gagarine s'inscrit dans cet humanisme.

Décidée dans les années 50, cette cité devait répondre à l'attente de famille nombreuse de l’époque, soutenue par une « amicale de mal logés ».

la cité fut terminée en 1970, moment ou les familles nombreuses ne se bousculaient plus pour ce type de logement, les enfants ayant relogés dans les nouvelles cités.

La direction de l'OPHLM se retrouva avec un parc de 800 logements, dont 450 de 4 et 5 pièces avec un loyer à la portée de leurs destinataires.

Il fut fait appel aux demandeurs de logements des classes moyennes pour les occuper. Aujourd'hui, la majorité de ses premiers habitants sont toujours là. Ce n'est pas le « paradis » se parle et la « convivialité » persiste malgré la dureté du temps.

La construction de Gagarine a été réaliste à l’époque ou l'on condamnait les hlm et certains envisageaient déjà la démolition des tours (la Courneuve, Vénissieux, St Étienne …) Le contre-pied a dont été pris en réalisant une « opération pilote » avec une dédensification (pas réduit) et un habitat dans un milieu écologique (habitat sans toit et végétalisé), mixité, religion, raciale, que le promoteur et direction municipale actuelle on en travers de la gorge.

La cite est à quelques minutes du centre-ville (mairie, commerces, etc.) se trouve à 10 min à pieds du métro « mairie des Lilas » et desservis par des lignes de bus : 129, 315 ; en conclusions, les arguments développés par chacun de nous montrant combien les « politiques » sont loin des préoccupations des Français !

 

Je partage entièrement l'opinion de Maurice qui a une connaissance et une implication dans la vie locale que je n'ai pas.

 

Pour conclure : devrons-nous priver les habitants de Gagarine de leur « bien-être » au prix d'une injustice sociale et politique nationale, approuver cette municipalité au service militant de promoteurs immobiliers ?

 

Signé : O. Clerc

 

 

(pour info à l'internaute qui me les a envoyés : j'ai un peu de retard pour publier ces propos, car j'ai eu un ennui informatique)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by O. Clerc - dans Contestations
commenter cet article

commentaires