Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 13:21

Romainville le 25 novembre 2016

Propos du père François

Je lis actuellement la biographie de Françoise Giroud par Laure Adler.

Rassurez-vous ; je ne vais pas vous parler de l’ancienne directrice de l’Express, personnage intéressant, mais non dépourvu de zones d’ombre conséquentes.

Non, ce bouquin a eu surtout pour moi l’intérêt de me faire revivre une période historique intéressante, celle qui précéda, accompagna et suivit le retour du général de Gaulle, dont j’étais un fervent soutien (à l’inverse de F. Giroud).

C’est ainsi que j’ai voté « oui » sans hésiter au referendum instaurant l’élection du Président de la République au suffrage universel.

Comprenez-nous : il s’agissait de se libérer de l’influence des partis et de donner au Président une autorité dont il était jusque là dépourvu.

Si j’avais su …

Non seulement les partis ont « repris la main », mais le Président est devenu un véritable « monarque » 1, qualité qui convenait à De Gaulle, mais qui, pour ses successeurs, surtout les deux derniers, est devenue carrément risible.

Alors quoi ?

Moi, qui ne prétends pas être un politologue chevronné, je commencerais par supprimer les « primaires » qui donnent le désolant spectacle de politiciens du même bord se bagarrant comme des chiffonniers avant que le vainqueur recommence avec celui de l’autre bord, cependant que de plus en plus de postulants entendent désormais affronter les présidentielles sans passer par la case des primaires. 2

La solution ?

Revenir au « statu quo ante » (JC : pages roses), c’est-à-dire à un vote par les seuls « grands électeurs », et à un mandat de sept ans renouvelable. 3

Je sais ; le système avait de graves défauts, mais avec ce à quoi nous sommes arrivés, le monde politique est en train de perdre ses derniers soutiens.

De quoi me mêlé-je (et où cours-je) ? 4

Je n’y reviendrai pas.

 

Mon « propos » de ce soir avait initialement pour seul but de traiter de l’immeuble qui devrait être construit sur le site de Panotel, rue de Benfleet.

J’assistais à la réunion d’hier soir.

La salle Cachin était à moitié vide (dirait l’opposition) ou à moitié pleine (dirait la majorité). 5

En fait, il y avait réellement très peu de monde, étant donné que de nombreuses places étaient occupées par des hommes de l’art (architecte, maître d’ouvrage, paysagiste et leurs chaouchs) et par des élus de la majorité, en service commandé pour la circonstance. 6

Je ne comprends d’ailleurs pas ce qu’ils viennent faire dans ces réunions, car, que je sache, il ne s’agit pas d’un projet municipal, mais, encore une fois, de celui d’un promoteur. 7

Sur le projet, techniquement, n’y connaissant rien, je ne me prononcerai pas, me contentant d’estimer que les Jean Nouvel et autres Christian de Portzamparc peuvent dormir tranquilles tant qu’ils n’auront que des concurrents pareils. 8

J’écoutais ces derniers, dévider leur baratin de circonstance :

« parois végétalisées », « surfaces arborées », par « les essences les plus variées », « du soleil le matin, du soleil le midi, du soleil le soir », et peut-être bien la nuit, ce qui empêcherait les habitants de dormir.

« parti pris de dialogue urbain » ( sic) etc. etc.

Tels des poussins, fascinés par un serpent, nous nous endormions, mollement bercés par la logorrhée.

Mon voisin ne dormait que d’un œil, et me fit remarquer, qu’entre le verbiage des promoteurs et la réalité, il y a toujours de sacrées différences et que, pour ceux qui se laisseraient embobiner, il conviendrait d’organiser des visites guidées de notre ancien village 9, devenu « avec Corinne Valls, la ville avance » (slogan imbécile qu’elle a eu le bon goût de faire disparaître), une sorte de musée des horreurs, ou plutôt de la médiocrité.

 

La maire Valls, la bouche en tirelire, présidait les débats, flanquée de son « mari », qui présentait un visage ébaubi.

Pas de problème, disaient-ils, tout se vendra très vite, et c’est vrai, puisque Paris, hors de prix, est devenu invivable, et que le 93 est le moins cher des départements de la couronne. 10

Chassés de la capitale, les bobos sont contents de ne point être obligés d’aller trop loin, cependant que notre municipalité de droite est trop contente de « favoriser la mixité sociale », et surtout de se débarrasser de prolétaires qui feront tache sur la magnifique « rambla » que des sagouins dévident à Gagarine (salut aux Diassiguy !).

Je reviens à la réunion Panotel.

L’assistance, doucement bercée par le ronronnement des orateurs, somnolait (calme à peine troublé par les cris d’un bébé, sans doute effrayé par le changement de couleur des cheveux du concubin, passés du jaune paille au châtain grisonnant), somnolait, disais-je, lorsque la parole fut donnée aux assistants.

De futurs (ou actuels) acheteurs posaient des questions « pratiques », notamment sur les portes des garages ou l’entretien des « surfaces arborées », quand mon ami Maurice posa « la question qui fâche ».

Qu’allait-on faire, avant toute construction, de la pollution des sols dont l’existence manifeste est attestée par internet (Maurice vous donnera le site.) ? 11

La question était d’autant plus judicieuse et pertinente que les textes depuis peu adoptés ont transféré la responsabilité du problème de la Préfecture AUX COMMUNES.

La nôtre n’a pas été en pointe sur ce problème jusqu’à présent, ce qui rendait la question de Maurice encore plus justifiée.

Qu’avait-il fait là ?

Un des architectes ( ?) répondit sèchement qu’il y avait des services spécialisés pour s’occuper de ce genre de problèmes, sans s’excuser de ne pas avoir abordé ce problème majeur dans son baratin. 12

Maurice insista, à juste titre.

Fidèle à sa tactique, la maire Valls vociférait pour couvrir la voix de l’interpellant ; c’est sa conception de la concertation, mille exemples nous l’ont prouvé.

Nouveau chevalier blanc, JC vint à la rescousse de sa dulcinée, avec un argument massue : Maurice, dit-il, est membre d’un « parti extrémiste », ce qui le conduit à oser contredire le duo vallso campionniste.

On admirera la valeur de l’argument et la hauteur de vue qu’elle traduit.

Maurice n’en restera pas là. 13

 

Nous aurons donc l’occasion de reparler de tout ça.

Ces gens sont impayables.

 

Salut à tous.

 

François Le Cornec

 

— — — —

Commentaires de Maurice avec l'approbation de François

 

1) d’où l’expression : république monarchique.

2) ce n’est pas si mal que ça les primaires, cela permet aux citoyens de choisir celui qui de gauche ou de droite sera leur champion, évidement il y en a qui vont voter pour que ce soit le plus mauvais qui soit désigné afin que leur champion puisse être vainqueur aux vraies élections en disant qu’ils approuvent les idées du parti qui organise la primaire, des faux-derches !

3) dans ce cas, il faut modifier l’élection législative ainsi que le temps du mandat, faire comme aux USA une élection de moitié en même temps que la présidentielle et au milieu du mandat ne serait pas mal, car la société évolué plus rapidement que la fréquence électorale.

4) cours-je ou courge ?

5) Tu es gentil, des participants sont rapidement partis une fois que les architectes ont eu fini leur démonstration, le reste soit les questions-réponses ne sont pas intéressantes, car c’est du blabla empesé !

6) Ils m’amusent les élus qui viennent pour faire tapisserie, à noter qu’ils étaient moins nombreux cette fois, peut-être ont-ils prit conscience de l’inutilité de leur présence et les gausseries dont ils sont l’objet.

7) Pas que d’un promoteur, car les services municipaux ont leur mot à dire, ce qui fait que lorsque n'ot bon maire dit qu’elle ne peut rien quand à l’architecture des bâtiments ce n’est pas exact, souvenez-vous de refus du maire de Paris (Delanoë) pour le forum des Halles et de la basilique orthodoxe où il a imposé ses idées !

8) Question constructions, se devrait être comme nous le voyons actuellement dans des élévations : du béton coulé avec ferraillage puis décoré par des plaquettes, un architecte a parlé de plaquettes décoratives sur les murs.

9) ne fût-ce pas organisé par une association du centre de Romainville et peut-être plusieurs fois ?

10) n'ot bon maire a répondu que les appartements se vendaient très vite et qu’il y avait 30 % de Romainvillois qui en achetaient. Mazette, 30 % de Romainvillois achèteraient des appartements ? Serions-nous une ville avec autant de personnes aisées ? (vu le prix de vente, ce ne doit pas être parmi les locataires HLM qu’il faut les chercher)

11) http://lesgrands-champs.over-blog.com/

12) à voir l’air gêné des architectes et de leur accompagnateur, ils ne savaient pas qu’il y avait ce problème de pollution à régler.

13) se serait bien mal me connaître que de le penser, surtout après que n’ot champion romainvillois ait essayé de m’empêcher de parler en élevant la voix en parlant dans le micro, ce qui n’a eu l’effet escompté de sa part, car je n’ai pas besoin de micro pour me faire entendre.

 

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoic L C - dans Propos du Père François
commenter cet article

commentaires