Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 17:13

 

Sofia DAUVERGNE

Conseillère Municipale

Intervention au Conseil municipal du 30/03/2017

 

Délibérations : Déclassements Cessions des parcelles, destruction de la Halle du marché dans le cadre de la phase II du projet « place des commerces ».

 

Dimanche matin, plusieurs centaines de personnes ont répondu à l’appel de plusieurs associations de notre ville, pour dire stop au bétonnage, non au projet de 129 logements, sur 8 étages et sur 28 mètres de haut et 1300 m² d’emprise au sol, conçus par la COGÉDIM, sur le lieu de l’ex-marché couvert et sur une bonne partie de la place.

Ce projet dit de la « place des commerces » symbolise aujourd'hui la transformation forcée de notre centre-ville et de toute la ville, il porte les inquiétudes, les interrogations et les doutes d'un nombre grandissant d’habitants quant à leur avenir et leur place dans la cité.

Les réponses apportées dans l'enquête publique par la municipalité, confirment qu’aucun moyen ne semble permettre l'exercice démocratique de construire ensemble un projet de ville commun.

Aucune remarque des habitants n'a été prise en compte.

De plus, aucun des engagements que vous aviez pris en 2008 et que l’on retrouve dans le bulletin d'information municipale de juin 2008 n'a été respecté :

 

  1. « Conserver à Romainville une taille humaine.

  2. Vouloir faire en sorte que la commune atteigne vingt-cinq à trente mille habitants pas plus…"

  3. Agir avec douceur pour préserver la qualité de vie de notre commune.

  4. Cette densification raisonnée va se traduire par la construction d’immeubles de cinq étages maximum sur certains grands axes (Paul-Vaillant Couturier, Henri Barbusse, Pierre Kérautret) qui prendront de ce fait un aspect plus urbain. Mais sur le reste de la commune, la règle oblige à ne pas dépasser les trois étages. »

 

Madame la Maire, Mesdames, Messieurs les élu(es) de la majorité, tels étaient vos engagements, vous ne les avez pas tenus.

Vous vous êtes affranchis de ces engagements sous la pression des requins de l’immobilier pour lesquels, seul le profit compte.

 

Plus c’est haut et plus ça rapporte, et ils n’en n’ont jamais assez.

 

Alors que le PLU a été adopté en juin 2009, nous en sommes à sa 12ème modification. Du jamais vu !

 

Vous rédigez les PLU non pour permettre un développement harmonieux de notre ville, mais pour accompagner et satisfaire les promoteurs petits et grands en autorisant la densification et l’augmentation des hauteurs maximales des bâtiments.

En privatisant la ville, les espaces publics, vous livrez à ces groupes capitalistes tout le foncier qui appartient à la commune, c'est-à-dire à ses habitants.

Comment des élus socialistes, des élus écologistes peuvent défendre la privatisation d’un espace public et la dégradation du centre-ville.

 

Nombre de propriétés et biens de la commune et de Romainville – Habitat leur a été cédé pour densifier encore et encore.

La place des commerces, les logements sur l’ex-place du 19 mars 1962, une tour de 11 étages dans le quartier De Gaulle, une sur-densification dans les Bas Pays, dans le quartier Gagarine…etc.

 

De plus cette pression du marché immobilier rend complexe l'accès à un logement pour un grand nombre de Romainvillois dont la liste se rallonge chaque jour davantage.

 

Tenez vos engagements, écoutez les habitants, ils ont un rôle à jouer, ils doivent avoir leur place dans la construction du Romainville de demain.

 

Pour notre part nous refusons de diviser les habitants, de les stigmatiser et nous agirons pour que Romainville redevienne une ville où il fait bon vivre ensemble.

 

Par les délibérations qui suivent, nous sommes amenés à nous prononcer sur un choix capital concernant l’évolution et la transformation de notre ville. La phase 2 du projet de la « place des commerces » sur le site de la halle du marché est cruciale. C’est un sujet sensible puisque situé au cœur de ville, il touche tous les habitants de Romainville.

 

Beaucoup regrettent l’ancien marché. Beaucoup s’attristent de la disparition de la halle qui, comme l’hôtel de ville, l’église et la médiathèque contribue à l’identité de notre ville.

 

Mais là n’est pas le problème principal. Le problème principal est le projet de construction de ce monstre en plein cœur de ville.

 

Nul n’est opposé à un réaménagement et à de nouveaux commerces. Mais les romainvillois sont attachés à la hauteur modérée sur cet espace aéré dans lequel la profondeur de champ est étendue.

 

Cette place du marché est l’endroit de passage de tous, un lieu de passage pour rejoindre les villes voisines, et Paris. Cette place est aussi un lieu où on s’arrête, où on discute. C’est un lieu de croisement et de rencontre privilégié de tous les quartiers.

C’est un lieu où se côtoient toutes les origines, toutes les générations. C’est l’âme de ce qui fait que notre ville est aussi un village. Et c’est un devoir d’en préserver l’esprit.

 

Le projet de construction d’un immeuble massif et surdimensionné à cet endroit vital est une terrible erreur. Il remet en cause tout ce qui vient d’être dit. Cet immeuble viendrait plomber le cœur battant de notre ville.

 

L’environnement en serait dégradé. 1300 m2 d’emprise au sol débordant largement sur le trottoir et la rue Genevoix, 8 étages, 28 m de hauteur. D’ailleurs les ABF (Architectes des Bâtiments de France) ont émis des réserves sur la hauteur retenue puisqu’elle ne respecte pas celles des immeubles environnants qui sont entre 2 et 4 fois plus petits.

 

Et alors qu’il vient juste d’être remis en valeur, le tout nouveau conservatoire Nina Simone de 2 étages s’effacerait complètement face à ce mastodonte de 8 étages.

Les maisons et les immeubles environnants seraient écrasés.

Le soleil n’atteindrait plus l’espace public.

La vue serait complètement bouchée.

La traversée y serait étouffante.

La nouvelle place prévue ne serait en fait que 2 placettes circulaires confinées entre des immeubles de grande hauteur et qui vont se faire face de part et d’autre de la rue de Verdun.

Ce n’est pas satisfaisant.

 

Il faut repenser ensemble un espace public et une véritable place publique ! Cela implique d’abandonner ce projet d’immeuble.

La COGEDIM aura bien d’autres projets sur lesquels de se rattraper.

 

Il n’y a eu ni concertation, ni ateliers urbains mais seulement 2 réunions publiques d’information : une en décembre 2015 sur l’immeuble et l’autre en janvier dernier qui portait uniquement sur les espaces publics restants, que vous avez abrégée en mettant le public dans le noir.

 

Dimanche dernier des centaines de romainvillois se sont rassemblés pour prendre la parole et faire entendre leur désapprobation.

Les photos et les croquis mis en ligne sur le site de la ville ne permettent pas de prendre conscience du volume de l’immeuble et de son impact. Le croquis du tract diffusé par les associations montre un angle de vue qui lui, permet de se faire une idée juste de l’impact du projet.

 

En en prenant connaissance, de plus en plus de romainvillois prennent alors conscience de la démesure de ce projet.

C’est la raison pour laquelle ils étaient réunis en nombre dimanche dernier devant la halle du marché pour dire « j’aime ma place », « stop au bétonnage », « non à la phase 2 », « non au déclassement de l’espace public », « non à l’immeuble », etc. Ce soir comme dimanche dernier les personnes présentes sont de tous les quartiers, de toutes les générations, de toutes tendances politiques : des citoyens de droite et des citoyens de gauche dont des sympathisants socialistes et écologistes.

 

Nous ne pouvons pas croire qu’aucun membre de la majorité ne soit sensible à ces arguments et à la contestation de la population.

 

Nous ne pouvons pas croire, chers collègues, que vous soyez tous, unanimement convaincus de la pertinence de cet immeuble.

Nous sommes persuadés que la plupart d’entre vous a l’Intime conviction que ce projet ne doit pas voir le jour. Certains d’entre vous nous ont fait part de leur réserve.

 

Alors de grâce Mme le Maire. Cher-er-e-s collègues, de grâce. Ne sacrifiez pas cet espace public à un projet qui ne fera que le bonheur des promoteurs mais pas celui des romainvillois.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires