Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 19:38

 

 

Romainville le 23 05 2017

Propos du père François

 

 

Ça y est.

La forme est revenue.

Moi qui me préparais à renoncer aux propos, je reprends le métier.

 

D’abord le plus important : le vin de Touraine de mon vigneron arrivera jeudi matin aux aurores.

Je serais heureux que ceux qui en ont commandé viennent le chercher (et le payer) le plus vite possible, et ce jusqu’au lundi 29 inclus.

 

Deuxième point : un interlocuteur me disait récemment être parfois « blessé » par mes propos, ce qui m’a conduit à changer ma manière d’écrire en ce qui le concerne.

Mais voilà ; chassez le naturel, il revient au galop et j’ai employé hier, concernant le physique de la maire, des termes parfaitement déplacés .

Je tiens à lui présenter publiquement mes excuses et je retire mes attaques idiotes.

 

Ce n’est pas en parlant du physique des gens qu’on fait avancer le schmilblick (que ne pourrait-on dire du mien ?).

J’essaierai de ne pas recommencer.

Concernant l’énergumène (vous savez, le demandeur d’HLM ...) qui s’est jeté sur moi dimanche et que j’ai baptisé Sancho Pansa au lieu de Pança ou Panza, je tiens à l’avertir que s’il s’avisait de recommencer, je le massacrerais et que tous les moyens seraient bons (son physique prête à la caricature).

Si, en revanche, il se le tient pour dit, je me contenterai de l’ignorer, lui et son pinard de pacotille (payable en liquide ...) qu’il a le toupet de baptiser Pomerol.

 

Revenons à des choses sérieuses.

Deux de mes amis proches (très proches) sont convoqués le 16 juin prochain par la justice en vue d’une mise en examen éventuelle.

Cette affaire fait suite à une plainte déposée, en son temps, par la maire Valls concernant un remarquable film tourné autour de l’expulsion de la famille Diassiguy de l’appartement qu’elle occupait, Cité Gagarine.

La maire n’hésite jamais à ester en justice, question de caractère et surtout parce que ça ne lui coûte pas un rond, les frais étant assumés par la commune, c’est à dire par vous et moi.

Cette famille (12 enfants et 2 femmes, je crois) venait de régulariser sa situation financière, et, à l’initiative de la maire, a été expulsée la veille du jour où le jugement l’attestant devait devenir exécutoire.

Leur expulsion, je n’y ai pas assisté, malheureusement, mais, précisément, le film la montre, et c’est une vision insupportable.

La profession que j’ai exercée aurait pu m’amener à diriger de pareilles opérations, ce qui n’a heureusement jamais été le cas.

C’est une honte !!

Comprenons-nous.

Je ne suis pas en train de défendre des gens qui ne payaient pas leur loyer.

Je prends le parti de citoyens français qui, selon moi, sont victimes d’une injustice.

L’affaire, qui sera suivie de nombreuses manifestations de rue (la maire nous accusera de nous servir des enfants comme « boucliers humains !!) se déroulera en présence d’effectifs de CRS sur nombreux et surarmés dont la suppléante de Bartolone avait aisément obtenu le concours, marteau pilon pour écraser une mouche.

Le film fut tourné pendant et après l’affaire.

L’exaspération des habitants, du DAL et de l’environnement y sont palpables .

Les paroles d’un protagoniste ne font que reprendre celles des habitants et du responsable de Droit au Logement.

Dès lors, la plainte de la maire ne constitue, encore une fois qu’une manœuvre d’intimidation.

Peut-on rappeler qu’en matière d’outrance, la maire Valls est une orfèvre, elle qui, quand on lui demandait pour quelles raisons elle avait recruté , à la tête de notre OPHLM une personne qui venait d’être écartée d’un organisme parisien semblable pour malversations, osait parler de « rumeurs abjectes ».

Nous aussi, nous aurions pu déposer plainte à l’époque.

Nous ne l’avons pas fait.

Mais nous n’avons pas oublié et saurons le rappeler à l’occasion.

 

Salut à tous.

 

François Le Cornec

 

PS : A l’occasion, quand je serai sûr de ne pas nuire à la cause de mes amis, je vous donnerai le nom du réalisateur et le titre du film.

Toute personne qui se prétend concernée par la « chose publique » devrait l’avoir vu.

 

Retard dû à un problème informatique

Partager cet article

Repost 0

commentaires

FRICKE 10/06/2017 06:46

Je me rappelle il y a quelques annee aux 3 communes le bar epicerie qui s,appelait "le rendez-vous des bretons' c,etait sympa!