Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 17:35

 

 

Romainville le 2 aout 2017

 

 

Propos du père François

 

 

Enfin, la voilà revenue, notre chère maire, après un long silence du aux élections et qui lui aura permis de passer sous silence le cuisant échec qu’elle vient d’essuyer aux législatives.

Elle illustre son propos douceâtre et soporifique de sa photo qui date de la guerre de 14 -18 et qui vise, encore une fois, à réparer des ans l’irréparable outrage.

« Romainville en short », nous promet-­elle, elle qui ne va sûrement pas rester là, préférant Marrakech au Canal de l’Ourcq.

Franchement, il est temps qu’elle s’en aille, et les quelque 3 ans qui lui restent à tirer ne seront pas un chemin bordé de roses.

 

Les multiples incendies qui détruisent Gagarine sont dus, dit-­elle, au retard des travaux qui doivent multiplier par 2 le nombre des habitants de cette termitière, alors qu’il est évident que la révolte qui gronde est précisément due au démarrage de ces travaux conçus sans réelle concertation.

Tout le monde a compris, en effet, que les conseils citoyens exigés par la loi, comme, jadis, les comités de quartiers, n’ont été constitués que de la manière la plus artificielle.

Leur responsable venait de se voit attribuer un logement « au tour extérieur », ce qui rend très conciliant.

Parmi les membres, on trouve la propriétaire d’un resto (qui n’habite même pas Gagarine) qui vient de se voir autorisée à surélever son bien d’un étage.

On y rencontre également l’épouse d’un salarié de l’OPHLM.

Etc.

Etonnez-­vous que ces braves gens s’esbaudissent à la moindre

initiative, si bizarre soit-­elle de la mairie.

Etonnez-­vous que des « sauvageons », qui méritent les foudres de la justice, se déchainent contre un projet auquel ile n’ont jamais été le moindrement associés.

« Ce sont des dealers », dit la maire.

N’importe quoi...

Quoi d’autre ?

Des tas de gens viennent me parler du jardin des « Mains de Jardin », situé vers la rue des Bretagnes.

J’y ai un peu participé quand le Comité Citoyen voulait dire quelque chose.

Petit à petit, l’ancienne équipe s’est retirée.

Je ne connais pas la nouvelle ; donc je n’en dirai rien.

Je parlerai, en revanche, du terrain contigu où les jardiniers ont vu s’installer une tente, une caméra et des engins qui s’affairent à creuser un gigantesque trou.

On a vite compris que le terrain, comme tant d’autres à Romainville, était dangereusement pollué, et la population a tenté d’en savoir davantage.

C’était mal connaître la mairie, qui estime que, élue (même par une petite minorité d’habitants), elle n’a de compte à rendre à personne.

En désespoir de cause, les pollués se sont adressés à la presse.

Cette dernière s’est tournée vers la mairie pour en savoir plus.

Que n’avait-­on fait là ?

Non seulement, on a demandé aux plumitifs de circuler sans se retourner, mais, m’affirme-­t-on, on a enjoint aux jardiniers d’adresser une lettre d’excuses au maire adjoint écolo (ce qui me rappelle la lettre comminatoire que ce dernier, bardé de tous ses titres, avait adressée aux parents d’élèves de Courbet qui avaient osé critiquer son attitude pendant que le collège avait failli être rayé de la liste des établissements

prioritaires).

J’espère que ce n’est pas vrai.

Sinon, je vous promets que le petit Stéphane verra de quel bois je me chauffe.

Franchement, j’ai quelque peine à me remettre à la bécane quand je pre

nds quelques congés.

Notre commune, qui était un charmant petit village, où certes des travaux de rénovation devaient être entrepris, est devenue une pauvre petite ville de banlieue, qui veut péter plus haut que son cul et qui n’en a pas les moyens.

Et par là-dessus, il faut entendre un duo de has been se glorifier pompeusement, alors qu’il devrait se couvrir la tête de cendres.

Beaucoup, c’est beaucoup.

Trop, c’est trop.

 

A bientôt.

Salut à tous.

 

 

François Le Cornec.

PS :

1/ La direction de l’urbanisme de la mairie est en révolution.

Le N°1, un dénommé Guyard, a quitté précipitamment les lieux.

Le N° 2, qui répond au patronyme de Simon, a fait de même.

Ce n’est peut-­être qu’un hasard, mais « ça jase ».

Affaire à suivre.

 

2/ Le Premier Adjoint, Philippe Guglielmi, a démissionné de ses fonctions municipales.

Nous avons rudement ferraillé, il y a quelques années, car je réprouvais vivement sa conception de la « real politik » et lui était insupporté par mon « angélisme », ce sentiment utopique qui caract

érisait le Comité Citoye n et qui s’est révélé être pire que le pire.

PG avait inventé le vocable de « duo campionno valsiste » que, plus tard, je transformai en « valso campionniste ».

C’est lui aussi qui, parlant de moi, me qualifia ainsi : « le Javert qui cuve sa rancœur dans son coquet pavillon de banlieue ».

 

Ce genre de joute, ça crée des liens, et les anciens serviteurs de l’Etat que nous sommes (à la différence des nullards qui n’ont jamais mis le nez hors des partis politiques) ont fini par se rencontrer et s’apprécier.

J’espère bien ne pas le perdre de vue et je lui souhaite longue vie et

bonne chance.

 

Le nouveau Premier Adjoint est Bruno Lotti.

Ses débuts dans la vie politique ont été facilités par sa famille, mais son sérieux, son sens de l’humour et son souci de perfectionnement (notamment en matière d’urbanisme) plaident en sa faveur.

Je lui souhaite la bienvenue et le mets en garde :

Avec la maire Valls, rien n’est facile.

Nul n’ignore que, pour TOUS les problèmes, elle s’appuie sur Champion, et qu’elle tient son entourage dans l’ignorance des principaux dossiers, ce qui les place, en permanence, en position de faiblesse.

A lui de l’obliger à changer les règles du jeu.

Le départ de PG fait monter au conseil la charmante Laurence Guillon, EE-­LV, au visage de madone qui relèvera le niveau esthétique de la mairie qui en a bien besoin.

Elle est, je crois, architecte (mais pas DPLG), et pourrait tenter d’éclairer le duo, nullissime en la matière.

 

Vaste programme...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires