Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ? Ne rien publier de ce blogue sans en avoir eu l’autorisation . Pas de commentaires anonymes !
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

15 avril 2006 6 15 /04 /avril /2006 15:20

Léon Gambetta


 

 

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Léon Gambetta (2 avril  1838 à Cahors  - 31 décembre 1882 à Ville-d'Avray) est un homme politique français.
Fils d'un immigré italien, Léon Gambetta opta pour la nationalité française en 1859 à l'âge de 21 ans.

Avocat, il se fit connaître comme opposant au régime impérial en défendant Charles Delescluze en 1868.

 

Il est candidat aux élections de 1869.

Le Programme de Belleville désigne le discours retentissant prononcé par Léon Gambetta dans le quartier de Belleville, alors qu'il était candidat aux élections législatives en 1869.
Gambetta s'y montre favorable à des mesures radicales, que reprendra par la suite la gauche républicaine. Il milite pour la liberté complète de la presse et la séparation de l’Église et de l’État.

Il souhaite l’instauration de l’impôt sur le revenu et l’élection des fonctionnaires, se déclarant également prêt à la suppression des armées permanentes.
Ce discours pose les grandes lignes de bataille de l'opposition républicaine face aux candidats officiels de Napoléon III, puis face aux monarchistes des années 1870. Il siégea avec la minorité républicaine qui s'opposa à la guerre de 1870.
Le 7 octobre 1870, chargé par le gouvernement de la Défense nationale pour diriger la guerre en province, Gambetta quitta Paris en ballon pour lever de nouvelles troupes, mais son projet de libérer la capitale échoua.

À Tours, il organisa un nouveau gouvernement qui dut se replier à Bordeaux.


Lors de la capitulation de Paris, le 20 janvier 1871, Gambetta proposa de continuer la guerre. Traité de « fou furieux » par Adolphe Thiers, il accepta finalement l'armistice.

Il représenta le Bas-Rhin à l'Assemblée nationale du 8 février au 1er mars 1871, démissionnant lorsque ses électeurs furent abandonnés à l'Allemagne Il se retira quelques mois en Espagne et en Suisse, mais revint se faire élire député de la Seine dès le 2 juillet 1871.
Réélu triomphalement député du 20e arrondissement de Paris en 1875 et en 1877, il perdit ensuite la confiance de la population ouvrière de Belleville et des quartiers environnants qui lui reprochait son indifférence aux conditions sociales et son refus de voter l'amnistie des anciens communards.
Le candidat qu'il soutint fut battu en 1880 par un inéligible, Alexis Trinquet, condamné pour avoir fait partie du Conseil général de la Commune et Léon Gambetta renonça définitivement à toute activité politique dans cet arrondissement populaire de Paris après une réunion électorale le 16 août 1881 qui réunit 8000 personnes rue Saint-Blaise dans le quartier de Charonne au cours de laquelle il fut contraint d'abandonner la tribune une demi-heure après son arrivée devant l'hostilité de l'auditoire.


Il fut Président de la Chambre des députés de 1879 à 1881 puis Président du Conseil et Ministre des Affaires Étrangères du 14 novembre 1881 au 27 janvier 1882. Voir à ce sujet la page Gouvernement Léon Gambetta.

Blessé à la main, officiellement en réparant son pistolet ou peut-être par sa maîtresse Léonie Léon, il contracta une septicémie.
Pendant sa convalescence, il attrapait une appendicite aiguë qu'on n'osait pas encore opérer avant 1885 et qui l'emporta le 31 décembre, à l'âge de 44 ans.

Léon Gambetta est mort à Sèvres dans les Hauts-de-Seine.

Le 11 novembre 1920, jour où fut inhumé le soldat inconnu le cœur de Gambetta est transféré au Panthéon.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Gambetta

Partager cet article
Repost0

commentaires