Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ? Ne rien publier de ce blogue sans en avoir eu l’autorisation . Pas de commentaires anonymes !
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

29 novembre 2017 3 29 /11 /novembre /2017 11:52

 

Vous vous promenez avec votre gamin, il se chie dessus, vous n'allez quand même pas rentrer chez vous avec votre gamin le cul merdeux ou avec la couche pleine de merde, enlevez-la lui vite fait et jetez la sur le trottoir , les employés municipaux sont payés pour ramasser votre merde, après tout vous payer des impôts, il faut bien qu’il serve à quelque chose.

Jusqu'à présent, nous avions des propriétaires de chiens qui laissaient leur chien chier sur les trottoirs et parfois devant les portes, là, nous avons passé un échelon de plus, les couches merdique !

Le hic dans tout ça, c’est que les propriétaires de chiens ont des petits sacs pour ramasser les déjections de leur chien et ne pas salir les trottoirs, des affiches sont dans les rues avec pour slogan :

apprenez-leur le caniveau, faudra-t-il faire des campagne de publicité pour les parents en leur disant qu’il ne faut pas jeter les couches sur la voie publique ? Au besoin, il y a des sacs au coin des rues et arrêt de bus pour ne pas jeter sur la voie publique.

Il n’y a pas de limite pour certains, ça doit être charmant chez eux ; imaginons ce que vont devenir les enfants lorsqu’ils voient les parents se comporter comme ça.


Les autres sont des cradingues, pas vous qui -- peut-être -- donnez-vous des leçons de savoir vivre  ?

 


 

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2017 6 25 /11 /novembre /2017 07:06

Juste une réflexion :

 

jeudi, une personne âgée handicapée (moi) est entré dans un magasin et est allé s’asseoir sur une chaise mise là pour ceux qui en ont besoin.

Il y avait d’autres clients et pour passer le temps cette personne a regarder autour de lui pour passer le temps.

Une vendeuse voyant qu’il regardait regardait « aussi » dans sa direction a du avoir un coup de calcaire car elle est aller voir ses collègues, leur a parler et elles ont regardé cette personne d’un œil de travers, suspicieux ; la vendeuse en question est allé faire son travail or de porté de regard, il semble qu’il y ait eu une vérification de faites sur les antécédents du client dans ce commerce, une autre a servit rapidement cette personne (presque comme si elle l’expédiait vite fait dehors).

 

 

Mesdames, lorsque quelqu’un regarde autour de lui pour passer le temps en attendant d’être servi, ce n’est pas parce que vous êtes intéressante, ne succombez pas à la victimisation actuelle ! (elle existe, mais calmos, si vous ne pouvez pas le supporter changer de métier)

Ne voyez pas en chaque homme qui vous regarde un sadique ou agresseur qui sommeil !

De plus en tant qu’employée de commerce, vous êtes amené à être regardé comme on regarde n’importe quoi, la chaise sur laquelle j’étais assis par ex.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 19:40

 

Bonjour,
J'habite rue Emile Zola et qu'elle ne fut pas ma surprise ainsi que celle de mes voisins, de trouver une lettre signée de Mme VALLS et de M. CHAMPION, informant les habitants du quartier qu'il était urgent de transférer les gens du voyage de la rue Galliéni pour les installer au 16 rue Emile Zola qui est un terrain de 1000 m2 avec un pavillon. Afin d'en discuter avec la population du quartier, elle nous invite à participer à une réunion, le mardi 28 novembre 2017 à 18 H 30 à l'école élémentaire Charcot. Nous nous posons de nombreuses questions et il serait important que la population vienne en nombre afin d'en discuter. De nombreux autres terrains sont disponibles et surtout beaucoup plus grand pour les accueillir.

 

-- envoyé par C... ...E (m... ...93@gmail.com)     (effacer par Maurice)

 

-- --

 

Pourquoi not’bon maire n’a pas essayé de trouver un terrain ou pavillon (s) pour les accueillir vers chez elle ?

C’est pourtant tranquille plus bas que le cimetière ancien, ses personnes devraient s’y sentir bien.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2017 3 22 /11 /novembre /2017 06:27

 

Concours

SOPHOT.com

8ème édition

 

 

Le site SOPHOT.com

dédié à la photographie sociale et environnementale

organisera une exposition avec

les deux reportages lauréats  

 

Lieux d’exposition
Galerie FAIT & CAUSE

58 rue Quincampoix - 75004 Paris - France
du mardi 15 mai au vendredi 13 juillet 2018

 

 


Conditions de participation

 

Etre inscrit sur le site, avoir mis à jour sa Fiche personnelle et y avoir enregistré le

   reportage présenté. Inscription gratuite.


● Le travail soumis par le photographe devra : 

  - porter sur un problème social ou environnemental.
  - avoir été achevé en 2016 ou 2017. Chaque photographe présentera un seul

    reportage.


Dossier de candidature. Chaque dossier soumis à la sélection devra comporter :
  - Une biographie sommaire du photographe.
  - Un synopsis : intentions, sujet, problématique et partenaires éventuels… (1 page)
  - 30 à 50 photographies au format papier A5 minimum, A4 ou plus.

    (tirages de lecture, ou impressions laser de très bonne qualité.)
    Chaque photographie devra être numérotée et légendée.

  - Une clef ou un CD avec ces mêmes données. Textes et légendes (accompagnées des

    vignettes photos correspondantes) en format Word ; photos en format jpeg, 72dpi

    1920 pixels sur le plus grand côté.

  - Le photographe indiquera s’il est d’ores et déjà prévu que ce reportage fasse

    l’objet d’une exposition ou d’une publication en 2018.

 

Les dossiers sont à déposer ou à envoyer à : Association Pour Que l'Esprit Vive - SOPHOT.com, 69 boulevard de Magenta, 75010 Paris, France -
jusqu’au vendredi 2 février 2018 - Dernier délai -

 

L’annonce de la sélection aura lieu dans la 2ème semaine du mois de mars 2018.

À partir de cette date, les dossiers qui n’ont pas été sélectionnés pourront être récupérés 

en prenant rendez-vous par téléphone : 01 81 80 03 66 / 63. 

(Si vous habitez en province, veuillez joindre une enveloppe timbrée pour le retour, svp).

La production et le montage de l'exposition seront assurés par le site SOPHOT.com

Dès la fin de l’exposition, les tirages exposés seront restitués aux deux lauréats.

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2017 4 16 /11 /novembre /2017 05:02
ALTER-EMMAÜS - SERVICE PLACE NETTE
VENTE DE NOËL à ROMAINVILLE

LE MAGASIN DU HAUT VOUS ATTEND POUR SES VENTES DE NOËL

Nouveaux jours d'ouverture

VENTES EXCEPTIONNELLES jusqu'au 23 décembre

LES SAMEDIS ET DIMANCHES  DE 14h à 18h

 

ERIC VOUS ACCUEILLE

241 Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 93230 Romainville

à 4 minutes à pied de la place du marché

NOUVEAUX  ARRIVAGES 

 

DE LA DÉCO, DES BIBELOTS, DES HABITS, DES MEUBLES, DES BIJOUX À PETITS PRIX AVANT LE DÉMÉNAGEMENT !!

Venez vous faire des cadeaux, en faire aux autres, les deux même !

Et en plus vous donnez du travail à ceux qui n'en ont pas !

HORAIRES INCHANGÉES POUR LE MAGASIN DU BAS-PAYS 

MIHAÏ vous accueille les mardis, jeudis, vendredis et samedis

de 10h à 18h

au 182 avenue Gaston Roussel à ROMAINVILLE

Et toujours PLACE NETTE un service D'ALTER-EMMAÜS qui permet de                    débarrasser vos maisons, greniers, caves, jardins, garages...                N'hésitez pas à nous écrire ou à nous appeler 09 54 64 50 68

 

N'hésitez pas à faire suivre à vos contacts ! MERCI !!

-- -- -- -- -- --

 

note de Maurice :

l’Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny n’existe pas à Romainville, il faut lire :

aux Lilas.

 

 
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 18:50

Bonjour,

Pour info il y a une enquête publique en cours jusqu'au 30 novembre concernant une partie du projet de la ZAC de l'Horloge. Voir ce lien pour aller sur le site et en pj des documents complémentaires.

 

https://www.registredemat.fr/projet-semiic-envergure

 

Puis demain débute l'enquête publique de la modification 13 du PLU (du 13 nov au 13 déc) - voir la photo de l'affiche jaune.

Elle concerne une extension et modification réglementaire du zonage dans la ZAC de l'Horloge.

Les dates des permanences du commissaire y sont indiquées etc.

A savoir que le dossier peut être consulté sur le site de la ville et que vos observations éventuelles peuvent être envoyées par écrit à M. le Commissaire Enquêteur à Est Ensemble ou par mail à 

amenagement@ville-romainville.fr

 

On n'est pas prêt à voir la fin des modifications dans le quartier des bas-pays concernant cette ZAC de l'Horloge...

 

bien à vous

Julia Learmonth

présidente ASVR

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 18:46

LE PALAIS DES FÊTES SE TRANSFORME …

En 2018 va commencer la réhabilitation du Palais des fêtes de Romainville !  

Dès janvier 2018, la programmation culturelle sera hors-les-murs.

Réunion publique mardi 14 novembre à 19h au Palais des Fêtes en présence des architectes.

 


 

 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2017 1 06 /11 /novembre /2017 09:31

 

Maisons à la limite de l’effondrement.

 

 

Les travaux pour la construction d’une moyenne surface ainsi que de logements sur le boulevard Barbusse qui ira de la rue de la Libre Pensée et carrefour Berlioz (le terrain va de l’un à l’autre) crée des dégâts si importants que des pavillons ont des fissures très importantes, si importantes que des murs se sont effondrés, (voyez les photos) ceux qui ne le sont pas encore ont des fissures où vous pourriez y passer la main !

Les derniers habitants qui sont partis l’ont fait limite limite avant l’effondrement de leur maison relire l’article fait par Spoutnik Dal Romainville sur Facebook, ceux qui habitent encore dans leur maison doivent serrer les fesses à chaque fois qu’ils entendent le moindre craquement.

Comment une entreprise de construction peut-elle faire des travaux en limite de terrain sans prendre plus de précautions ? (en fait, nous n’en voyons aucunes de précaution) Il est même surprenant que les maisons ne se soient pas effondrées vu l’excavation faite en limite de propriété. Autrefois, les permis de construire avaient une obligation : construire en deçà des limite du terrain d’environ 20 cm, est-ce respecté pour la construction en question ?

Rue de la Convention (au carrefour avec la rue du Camp) nous avons eu un cas similaire avec en prime la nappe phréatique qui a remplit le trou.

 

 

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 08:52

 

Les vélibs à Romainville ?

 

l’annonce est dans « le parisien », mais le coût de chaque station n’est pas precisé, je l’ai trouvé sur le site du JDD :

http://www.lejdd.fr/politique/ce-quil-faut-savoir-sur-le-nouveau-velib-3326222

Nous pouvons y lire ce que j’ai mis en cc en dessous (copie d’un paragraphe)

Les mairies vont contribuer

Le coût de ce marché s’élève à 600, voire 700 millions d’euros sur quinze ans (en fonction du nombre de communes de banlieue qui adhèreront au réseau). 30 à 40 % de ce montant devrait être couvert par les recettes des usagers, perçues par le syndicat. Le reste sera à la charge des villes, Paris paiera 20.000 euros par an et par station, les communes de banlieue 10.000 euros (grâce à une aide de la Métropole du Grand Paris présidée par Patrick Ollier).

 

Ce qui veut dire que la municipalité va débourser 30 000 € puisqu’il y a 3 station de prévue, mais pas en centre ville soit place du marché, non, vers le quartier de l’horloge, au bout de la rue Jean Jaurès coté (Montreuil) et place de la mairie, déjà qu’il n’y aura pas de station de métro à cette place, pareil pour le bus d'après ce qu’en a dit le STIF, car doublon avec le métro, maintenant pas de station velib, la grosse punition pour les habitants des alentours !

Qu’est-ce que 30 000 € à coté des 5 m€ que va coûter la transformation du Palais des fêtes de Romainville ?

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 04:31

 

 

Ainsi, selon les bruits qui courent, Emmanuel Macron devrait annoncer, lors d’une conférence territoriale sur le Grand Paris, le 6 novembre, la fin des trois Conseils départementaux de la petite couronne parisienne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne). Trois collectivités représentant plus de 5 milliards d’euros de budget et 20 000 agents. Maillons faibles de l’organisation territoriale francilienne aux yeux de la « Macronerie » les Conseils départementaux crées en 1967 verraient leurs compétences  redistribuées entre la Métropole du Grand Paris (MGP) et les Établissements Publics Territoriaux (ETP). Un scénario dans le droit fil dessiné pour 2020 par le couple HOLLANDE/VALLS. Ainsi, Dans les pas de Sarkozy et de Hollande, Le Président de la République « met ses espoirs » dans un nouveau « grand soir institutionnel ». Avec toujours la même obsession : « Comment adapter le paysage institutionnel français à une construction européenne soumise à la suprématie des marchés financiers » ? Une fois encore, il est à craindre que l’humain laisse la place au regard froid des technocrates faisant de la « gouvernance » l’alpha et l’oméga de toute politique de construction métropolitaine avec le risque de voir naître un Grand Paris inégalitaire et autoritaire.

 

Sans en sous-estimer la portée, l’essentiel pour l’avenir de l’Île de France n’est pas d’abord la question institutionnelle. En rester là, serait tout aussi mortifère que le statu quo. Ne faut-il pas, au contraire, prendre les choses à l’endroit, en mettant au cœur de la réflexion, ce qui fait la vie quotidienne des franciliens : le logement, l’emploi, les transports, la formation. Et comment pourrions-nous imaginer un seul instant qu’il serait possible d’y répondre sans que soient portées d’autres logiques économiques, sociales, écologiques et territoriales que celles de l’austérité, de la diminution drastique des dépenses publiques, si chères au « Président des riches ? » Ce dont il rêve, c’est d’un Grand Paris branché sur Bruxelles, faisant la pige à Francfort et au « Grand Londres », particulièrement après le brexit. Ce dont il rêve, c’est d’un « Grand Paris » des grands et du mépris des petits.

 

Alors que tout appelle, à une nouvelle décentralisation, à un nouvel âge de la démocratie, le schéma annoncé ressemble davantage à une  « recentralisation » à l’échelle métropolitaine. Participant à l’oraison funèbre des trois départements de la petite couronne parisienne, Patrick Ollier, le Président actuel de la Métropole du Grand Paris juge logique leur suppression « si l’on veut réduire le mille6feuille territorial. « Réduire les coûts », « mutualiser », « faire des économies » « plus de superpositions des échelons ». La même rengaine nous est servie depuis une bonne vingtaine d’années. Alors, ré-ouvrons le débat, pour remettre les citoyens dans le jeu et faire grandir une exigence : « Ce n’est pas au président de la République, pas plus qu’au président de la Métropole ou à la Maire de Paris de décider de l’avenir de nos départements, c’est à leurs habitants ».

 

On nous dit que les compétences assumées aujourd’hui par les départements des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne le seraient par les Établissements Publics Territoriaux et la Métropole. Il s’agit de quoi ? Du Revenu Social d’Activité, des collèges, de la protection maternelle et infantile, de l’Aide Sociale à l’Enfance, de l’Allocation Dépendance d’Autonomie, du Handicap, des crèches (54 en Seine-Saint-Denis). Quelle efficacité pourrait-on attendre de la gestion des quelques 450 collèges, auxquels il convient d’ajouter ceux de Paris, par la Métropole ? Je note au passage que les départements assument des compétences qui ne se recoupent aucunement avec celles des autres collectivités. Alors, comment oser parler de doublons ?

 

Mais l’essentiel se situe ailleurs. On peut imaginer que nombre de compétences, sociales notamment, seraient confiées aux Établissements Publics Territoriaux (ETP). Il en existe 11 (4 dans les Hauts-de-Seine, 4 en Seine-Saint-Denis et 3 dans le Val-de-Marne), auxquels s’ajoute Paris, pour former la Métropole. Personne ne peut nier que ces ETP ne disposent ni des mêmes moyens, ni des mêmes ressources. Ainsi Christian FAVIER note que dans son département un ETP concentre  le développement économique et aura la richesse fiscale de la Contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) tandis qu’un autre est plutôt résidentiel et bénéficie de la richesse fiscale des droits de mutation. 

 

Ainsi, alors qu’on nous répète à qui veut l’entendre? que ce nouveau « mécano »  vise à réduire les inégalités sociales et territoriales, elles ne feraient, en fait, que les aggraver. Les politiques mises en œuvre seront nécessairement différentes d’un ETP à l’autre. Une fois encore,  ce sont les plus modestes qui en feraient les frais. Le Département a, par contre, fait la preuve qu’il est le seul espace pertinent pour traiter de manière égalitaire tous les citoyens. Et puisqu’on parle « d’économies », comment ne pas évoquer le temps et le coût de tels transferts ? Et que deviendront les 20 000 agents concernés ? J’ajoute qu’à 7 ans, maintenant, des jeux Olympiques, un tel choix équivaudrait à une folle aventure, connaissant le rôle qui est celui des Départements dans l’accompagnement de tels événements.

 

"La commune dont l’existence est réduite à sa plus simple expression, 12 Établissements Publics Territoriaux, la Métropole du Grand Paris et la région" : Voilà le schéma que souhaiterait imposer Macron et son gouvernement. Une nouvelle architecture institutionnelle qui éloignerait encore davantage les citoyens des pouvoirs de décision. Des Etablissements Publics Territoriaux, dont les périmètres on souvent été décidés arbitrairement et se voyant déléguer de d'importantes compétences des communes, à tel point que leurs conseillers municipaux se trouvent le plus souvent réduits à regarder passer les trains. Des Etablissements Publics Territoriaux, intégrés et structurés rendant la coopération de projet avec des villes voisines ne faisant pas partie du même Établissement territorial, quasiment impossible.

 

Pour ma part, je ne pense pas qu’il suffise d’amender à la marge le paysage institutionnel tel qu’il est dessiné. Une remise à plat s’impose. C’est la raison pour laquelle, je fais mienne la résolution des élu-e-s communistes et républicains du Val-de Marne. Elle propose, afin de répondre de manière durable aux défis de la Métropole :

 

  • De renforcer la démocratie locale en approfondissant la décentralisation des pouvoirs autour des trois échelons que sont la commune, le Département et la région.

 

  • De favoriser la coopération volontaire entre les collectivités et notamment la coopération intercommunale choisie. En ce sens, les périmètres des territoires pourraient être revus et les seuils de population abaissés, afin de laisser aux élus le choix d’intercommunalités de projet sur des compétences choisies. Dotés du statut d’EPCI, ils seraient alors véritablement des « coopératives de villes » et non l’instrument de leur mise sous tutelle.

 

  • De réaffirmer le territoire régional comme espace pertinent de coopération métropolitaine. « Coopérative de villes », la métropole prendrait la forme d’un syndicat mixte réunissant les trois niveaux de collectivités.

 

  • De garantir que toute nouvelle forme institutionnelle soit travaillée en concertation avec les élus locaux et en définitive avec les habitants.

 

  • D’augmenter les moyens dédiés aux services publics à la réalisation d’objectifs ambitieux en matière de réduction des inégalités et de développement équilibré et durable du territoire.

 

La transparence s’impose. Un débat public associant largement nos concitoyens doit précéder toute décision. Rien n’est écrit. Tout dépendra de l’implication des élu-e-s et des citoyens.


 

Partager cet article
Repost0