Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 09:26

 

J.L. Abiven (Image pour article) 2

 

M.A.L.E.N.T.E.N.D.U. (c'est bien le mot)

 

Je viens de lire le commentaire de Laurent Quénéhen sur le fil "élections cantonales X-ième".

(http://lesgrands-champs.over-blog.com/article-elections-cantonales-x-ixiemes-suites-69071369-comments.html#comment78255931)

Je comprends en lisant cette réponse qu'elle devrait être attachée à mon texte précédant (http://lesgrands-champs.over-blog.com/article-le-billet-de-jean-luc-du-10-mars-2011-69071657.html), et qu'elle m'est destinée.

 

Une saine colère de la part du patron des Salaisons. Des mots justes. Touché le Jean-Luc ! le nez écrasé dans son bla-bla.

 

Par quel bout reprendre le fil ?

D'abord dire que je me sens frère d'armes avec Laurent.

Je sais, les Salaisons ne sont pas un squat, mais les dix ans de squat artistique que j'ai au compteur (trois ans de classes à Ssocapi, à Pastourelle puis Place de la Bourse, sept ans de boulot au 59, rue de Rivoli ensuite, en laissant pour négligeables les expériences à Montreuil ou à Vincennes) m'ont appris sur la vie d'un lieu artistique autogéré.

"Ouvert, gratuit, pas une thune, il pleut à l'intérieur"... c'est bien ça.

Et puis les meubles, la vaisselle et le matos pour bosser qu'on trouve dans la rue. La promiscuité avec des frères et sœurs qu'on trouve aussi dans la rue. La nourriture en limite de péremption, donnée par des commerçants généreux, et que l'on partage. La nécessité de se tenir sur le qui-vive nuit et jour pour éviter de se faire prendre son lieu de vie et de travail (à qui aller se plaindre ?). Les luttes violentes d'individus pour fabriquer des règles, pour construire une autorité stable sans laquelle rien ne dure.

Et malgré toute cette énergie dépensée pour la vie quotidienne, la force qu'il faut savoir garder pour faire encore son boulot de peintre ou de sculpteur, dans l'espoir d'échanger ce travail contre un revenu.

 

J'ai envie après ça de parler directement à celui qui donne de sa peine pour faire vivre les Salaisons. Un tel lieu artistique est précieux à Romainville, Maurice l'a rappelé.

 

Je n'avais pas l'intention, Laurent, d'allumer les Salaisons. Même pas celle de me payer gentiment la tête de Vincent Corpet (je l'ai écrit, je ne connais ni le gars, ni son travail ; il se peut que ses oeuvres me plaisent, et il n'est pas exclu que nos tempéraments s'accordent). Vraiment, le texte de l'annonce m'a fait marré, et m'a mis sur la piste d'un sujet qui me tient à cœur : la désintoxication nécessaire du langage. Certains le savent déjà ici, c'est une de mes marottes.

 

On me connaît un peu maintenant, je suis taquin (salut à l'ami Jérôme, du blog Villa Solea, qui a su ne pas m'en vouloir). J'accepte en retour qu'on se paye ma tête si j'ai déconné. Pas facile de créer des liens, et je veux bien en faire les frais aussi. Recevoir - comme François Le Cornec - des tomates pourries ou des noms d'oiseaux ...c'est déjà recevoir quelque chose ! 1)

 

Relis-moi, Laurent, tu verras, que mes flèches sont pour d'autres 2). Je parle des nuisibles de l'art, que tu connais comme moi, et qui bombinent comme des mouchent autour d'un fruit juteux.

Il y a parmi eux certains politiques, transformés par leurs fonctions, et qui ne comprennent plus rien de la vraie vie. Médicis aux tout petits pieds (d'autant que les bienfaits qu'ils distribuent ne se payent pas de leur propre argent), ils pensent asseoir leur pouvoir sur celui des artistes, ce pouvoir si fragile. Ils ne comprendront jamais que le pouvoir de l'art est étranger à celui auquel ils s'accrochent. 3)

Il y a ensuite tous ceux - galeristes, critiques, journalistes affidés, artistes autoproclamés, parasites et lécheurs de toutes sortes 4)- qui reprennent un discours éculé 5) sur l'art, ce discours fabriqué pour la fortune de quelques mercantis des années soixante. Ils gardent l'espoir, ces bons élèves du système de l'art, de recevoir un jour un peu de monnaie ou quelques médailles 6), pour paiement de leurs années de service.

Mon idée est qu'il faut se garder de tout ceux-là. Pas rompre, non, mais les tenir à distance.

Et s'amuser de leurs travers tant qu'on peut.

 

Jean-Luc Abiven

PS : j'ai donné le prétexte de "Plus belle la vie" pour faire le mariole, je ne pouvais vraiment pas venir au vernissage hier soir (trop de boulot, mais j'essaierai de passer). 7)

 

---

 

Commentaires de Maurice

 

1) Là, il ne faut pas pousser, en a s-tu vraiment envie ?

2) Je suis passé regarder l'exposition hier apr'm, je me suis expliqué avec Laurent et il n'y a plus d'incompréhension.

3) Cela me fait penser à not'champion Romainville, je me trompe ? Est-ce moi qui fais une fixation ?

4) à tel point que de lécheurs, ils sont devenus sus-pet !

5) Là, je ne dis rien, mais le jeu de mots est tellement facile...

6) Et ils les aiment les médailles, un peu comme du temps de l'URSS ! Des placards sur la poitrine.

7) Vas-y, tu ne le regretteras pas ! ET MÊME , ALLEZ-Y TOUS !! Laurent mérite d'avoir nos visites.

 


Repost 0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 09:31

 

J.L. Abiven (Image pour article) 2

 

Merci Maurice pour l'information sur la prochaine exposition des Salaisons.

http://lesgrands-champs.over-blog.com/article-une-exposition-salee-avec-le-gratin-qui-se-mouille-68999004.html )

Vous me connaissez maintenant un peu ; en plus d'être le casse-pied habituel, je vais faire mon rabat-joie (pour parfaire le tableau, puisque nous parlons d'art).

 

Je viens d'aller faire un tour sur le site qui annonce l'expo de Vincent Corpet et je ne me suis pas encore remis de la tranche de rigolade que je me suis payé : en quelques lignes, toutes les ficelles du vieux discours sur l'art y sont étalées en majesté, et l'image proposée est un pur régal ; on croirait que l'annonce a été faite par les Nuls ou les Inconnus dans les années 80 !

Je ne connais pas Vincent Corpet, ni ce qu'il fait ; probablement un type bien qui fait du bon boulot. Je le remercie en tout cas de payer ainsi de sa personne pour nous divertir. 

Le titre déjà : M.A.L.E.N.T.E.N.D.U., d'une prétention toute comique. Comme s'il y avait un sens caché derrière ce semblant d'acronyme, avec cette façon de suggérer que l'artiste est un incompris (air connu), ou que nous autres, pauvres pékins, chair à expos, sommes des malentendants. Heureusement, grâce à "un panel prestigieux de personnalités parisiennes", le malentendu - créé de toute pièce pour l'occasion - sera levé durant ces deux "sessions" ! Allons tous assister à ce tour de passe-passe !

Le reste est une litanie de mots aussi grands que ce qu'ils expriment est négligeable pour l'art véritable. Un charabia usé, pratiqué par quelques barbons qui ne remuent plus que par la grâce de troubles obsessionnels compulsifs contractés il y a plus de quarante ans : "expérience à vivre", "développe une oeuvre critique", "remettre l'artiste au centre", "dispositif social", "l'Institution", "interroger son travail", "acteurs du milieu de l'art", "travail de l'artiste"...

Je suis juste un peu déçu de ne pas y trouver la désormais fameuse "complexification du simple", la très utile "désutilisation de l'art", l'indispensable "multiplication du singulier" et puis surtout l'immarcescible "annulation du visible". Il manque également, pour que le sketch soit parfait, la petite citation finale, manière qu'ont trouvé les nuisibles de l'art pour habiller du manteau d'un illustre d'hier leur vanité d'aujourd'hui. J'aurais bien vu celle-ci, empruntée à Ernest Renan, et qui va avec tout : "Il se pourrait que la vérité fût triste".

 

Maurice, je ne sais pas si vous connaissez les spectacles de Franck Lepage. Ce type, ancien fonctionnaire du Ministère de la Culture (avec un grand "Cul" comme il le rappelle lui-même), a décidé un jour de s'enfuir du champ de coton où il était reclus, de briser ses chaînes. Depuis, il nous régale avec des spectacles qu'il a nommé du terme générique "Inculture(s)", et qui déconstruisent pièce à pièce toute la normalisation mentale que nous fait subir notre système. Son premier "Inculture(s)" s'appelait "Une autre histoire de la culture". On peut le découvrir en intégralité sur Internet.

Après avoir lu l'annonce de Vincent Corpet, j'ai envie de nous offrir un petit extrait (5mn30) de Franck Lepage. On y découvre un autre tour de passe-passe (réellement époustouflant celui-là), où il s'amuse du baratin culturo-institutionnel que pratiquent aussi certains de nos chers artistes, enfermés volontaires "au centre du dispositif social élaboré par l'Institution". Comme l'explique Franck Lepage, l'invention de la Culture (avec un grand ...) a eu pour effet de faire passer l'argent public, sous forme de subventions, de nos poches à celles de quelques pouvoirs locaux qui ont appris à le redistribuer avec profit (plus personne ne s'étonnera par exemple que sur le blog de Corinne Valls nous trouvons à l'heure où j'écris, parmi les six premiers thuriféraires, deux artistes, un photographe et une responsable d'association). Au nombre des destinataires de cet argent public, il y a bien sûr aussi ceux dont le seul art est de savoir usurper le qualificatif d'artistes. Le système était bien fait, mais les ficelles ont fini par apparaître :

http://www.youtube.com/watch?v=oNJo-E4MEk8&feature=related

(toute ressemblance entre les discours déconstruits ici par Franck Lepage, et ceux de Corinne Valls ou de Sofia Dauvergne - hé oui ! j'ai prévenu que j'étais casse-pied et rabat-joie - est bien sûr à encourager vivement)

 

Jean-Luc Abiven

PS: pour le vernissage de l'expo aux Salaisons, je suis embêté ; il y a "Plus belle la vie" à la même heure sur France 3.

      -

 

Commentaire de Maurice

 

Surtout, SURTOUT, n'hésitez pas à cliquer sur le lien que nous donne Jean-Luc :

http://www.youtube.com/watch?v=oNJo-E4MEk8&feature=related

Ensuite, allez sur celui mis en dessous, comme le disent des commentaires : c'est énorme !

http://www.alpesolidaires.org/incultures-conference-gesticulee-de-franck-lepage

 

 

Les liens ne semblent plus fonctionner (merci Jean-Luc de me l'avoir signalé) il faut que vous alliez sur http://www.alpesolidaires.org et faire une recherche « Franck Lepage », ensuite c'est classique vous n'avez plus qu'a choisir ce que vous voulez voir.

 

Par la suite, lorsque vous écouterez un discours de la part d'un politique ou de not'bon Maire, vous l'écouterez d'une manière différente ; les propos de Franck Lepage vous reviendront à l'esprit et vous penserez « Bourrage mou ? »


Repost 0
Published by Jean-Luc / Maurice - dans Le billet de Jean-Luc
commenter cet article