Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ? Ne rien publier de ce blogue sans en avoir eu l’autorisation
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

22 mai 2019 3 22 /05 /mai /2019 10:24


 

Les travaux de construction de la monstrueuse structure implantée en lieu et place de notre regretté marché se terminent. Le peu d’informations communiquées aux Romainvillois ne permettait pas à nombre d’entre nous de se rendre compte du volume de l’édifice. A ce jour vous pouvez tous en mesurer le gigantisme.

Malgré toutes les contestations exprimées, le projet voulu par la municipalité est arrivé à terme. Nous pouvons pleinement mesurer l’incohérence du projet. L’espace comporte deux ’’ placettes’’ : Une en demi-lune coté avenue de Verdun, d’une surface de 288 m2. Comme précisé dans le Mag 71 de février 2017, elle doit accueillir les étals du marché et permettre de maintenir en permanence la circulation dans l’avenue. Cette disposition est totalement illusoire. On constate que deux jours par semaine, le marché s’étend sur une bonne longueur avenue de Verdun. De plus, laisser circuler des véhicules dans l’emprise d’un marché est totalement aberrant.

A l’opposé, du côté de l’avenue Wilson, nous disposerons d’un gigantesque trapèze de 73 m2 ! Voyez Romainvillois qui souhaitiez disposer d’une place, vous avez été entendus, d’autant que devant l’immeuble du ‘’Cantalou’’ vous pourrez vous aérer dans un immense square de 931 m2, surface de laquelle il faudra déduire les grilles de ventilation du métro et de la sortie de secours.

Rien de cohérent dans ce projet, d’autant que s’il met à disposition deux mini placettes, ce n’est pas pour satisfaire ceux qui souhaitaient disposer d’une place, c’est simplement par ce que la volonté première est de construire dans ce lieu restreint un maximum de logements. Pour ce faire, il est nécessaire de disposer de vues (de fenêtres). Résultat, les habitants des étages de la demi-lune pourront s’assurer que le régime alimentaire de leurs vis-à-vis est correct et les jours de marchés, ils profiteront d’une ambiance de type fête foraine. A L’opposé, sur l’avenue Wilson, ceux qui auront des fenêtres dans le secteur trapézoïdal pourront, comme dans les vieilles villes des pays du sud, s’entendre avec leurs voisins pour tendre, d’un appartement à l’autre, des cordes pour faire sécher leur linge. Dans l’angle formé avec l’immeuble ‘’LE Cantalou’’ ce sera probablement très agréable de disposer d’ouvertures quasiment accolées au mur borgne du voisin.

Ainsi est géré l’urbanisme dans notre’’ commune bâtisseuse’’, dont la préoccupation première n’est pas la qualité de vie de ses habitants, loin s’en faut!


 

 


 

François ANDRE Mai 2019

Partager cet article
Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 05:08

LES GRANDES MANŒUVRES


 

J’ai déjà exprimé mon scepticisme sur ce que pourrait apporter, aux Français, le Grand Débat National imaginé par le gouvernement pour répondre à leurs attentes. Considérant même qu’il s’agissait d’une grande arnaque. Les manœuvres engagées ce jour dépassent de loin l’enfumage du G .D. N.

Le mercredi 8 Mai, le Ministre des Comptes Publics, Gérald Darmanin est envoyé au front. C’est qu’il y a urgence, les élections européennes sont toute proches et les sondages ne sont pas bons. On a gagné du temps avec le malheureux incendie de Notre Dame, mais le feu est ailleurs, c’est la Maison France qui brûle ! Imaginez le désaveu, si le gouvernement n’arrive pas en tête à cette élection. Vite on détache un pompier !

C’est donc G. Darmanin qui a été désigné, il se précipite vers les médias, pour un entretien avec le journal le Parisien. Il faut lâcher du lest! Des promesses : Pour 2020, 95% des foyers fiscaux assujettis à l’impôt bénéficieront d’une diminution moyenne de 300 euros. Il ajoute que cette mesure d’amélioration du pouvoir d’achat a été décidée sous la pression des gilets jaunes. Mais aussi que pour ne pas dépasser le seuil de 2% de déficit, il faudra compenser par des économies. Sont cités : Certaines niches fiscales, la réforme de la fonction publique, de l’assurance chômage, de l’audio-visuel public, ainsi que des incitations à travailler plus longtemps.

La quasi-totalité de ces réformes ne répondent pas aux revendications des gilets jaunes ni à ce qui a pu émerger du ‘’grand débat’, du moins je le suppose.

Soyons réaliste, la France souffre d’un profond malaise. Huit millions et demi de Français vivent sous le seuil de pauvreté, la moitié d’entre eux ne dispose que de 784 euros par mois. C’est à ces gens-là que le ministre fait un cadeau ? Non, ce pas nécessaire, car ils ne sont pas imposables. Ils sont encore oubliés ! La manœuvre n’est pas honnête, elle est simplement le fruit d’une réflexion opportuniste. Je suis persuadé que les plus pauvres, dans leur découragement, boudent les urnes. Alors ce sont les classes moyennes qu’il faut attirer, un petit cadeau de bienvenue pourrait faciliter la chose.

Gilets jaunes, vous avez manifesté. Citoyens, vous vous êtes exprimés dans le cadre du Grand Débat. Malgré cela, il est clair que ceux qui tiennent les rênes du pouvoir n’ont pas l’intention à la virgule près de changer de cap.


 

François ANDRE Mai 2019


 


 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 09:33


 

EN POLITIQUE RIEN NE CHANGE A ROMAINVILLE

 


 

Après les nombreuses annonces de démarrage de ce qui avait été présenté comme la onzième base de Loisirs de la Région Parisienne, les travaux de déboisage et défrichage sur quatre hectares commencent. Le projet initial est enterré, pour faire place à des aménagements beaucoup plus modestes rebaptisés Espaces Verts et de Loisirs de la Corniche des Forts. Personnellement comme je l’ai déjà exprimé, je trouve raisonnable cette évolution.

La Région défend son projet, notre Maire et son aréopage (Verts compris, le doigt sur la couture du pantalon) vont dans le même sens. Cependant une opposition citoyenne importante s’est mobilisée contre. Le point d’achoppement étant avant tout lié à la disparition des végétaux.

Le projet pourrait être différent, la concertation citoyenne a été minimaliste. 1 Une fois de plus les usagers n’ont pas eu grand-chose à dire. Devant cette situation, vent debout, nos élus majoritaires valorisent le projet en reprenant quasiment textuellement dans le mag’ les arguments que la Région Île de France nous a transmis par le biais d’une belle plaquette dont le coût devra rentrer dans le budget (tant pis, ça fera quelques bancs en moins). Je semble ironiser et pourtant, c’est bien l’argent qui manque! On manque de moyens pour entretenir ‘’correctement’’ le parc Bellevue, c’est une évidence, son état de délabrement convient fort bien à la biodiversité m’a-t-on dit. Bonne excuse pour en faire le minimum. 2

Revenons au mag’ d’octobre/novembre. Il contient deux pages sous la rubrique cadre de vie avec pour titre : Une Île de Loisirs en accord avec la nature. Dans un grand encart vert est annoncé : ‘’4.5 hectares supplémentaires ouverts au public, 4.3 hectares défrichés, 12 hectares de reboisement, 1.5 hectare de prairie ‘’ 3. Douze hectares de reboisement, c’est FORMIDABLE ! Mais alors pourquoi tous ces gens se mettent-ils à hurler ? Moi-même, qui tente de suivre d’assez prêt ces projets, je suis tombé dans le panneau. Les 12 hectares de bois ne pourront pas trouver leur place sur le site, ils correspondent à une compensation promise du côté de Torcy ou ailleurs, en un lieu qui sera défini ultérieurement. 4 Ne pensez-vous pas que ce petit détail méritait d’être précisé ? On retrouve toujours dans la communication municipale le même stratagème : Tronquer les informations. Ce ne doit pas être fortuit, j’imagine notre Maire nourrir des ambitions qui, l’élèverait au rang qu’elle mérite après tous les efforts qu’elle fait pour approcher les premiers rangs de la scène. En ce moment, il n’est pas opportun de se froisser avec les ténors de la politique en place.

Le projet de la Base de Loisirs était fantastique, il a favorisé la promotion immobilière. 5 Celui de l’Île de Loisirs est parfait. En politique, si l’on a de l’ambition, il faut savoir s’adapter.

 


 

Présenté dans le cadre de l’aménagement de la corniche des forts, vous ne trouvez pas ça pour le moins ambigu ?

François ANDRE Octobre 2018


 


 

-- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- --

Commentaires de Maurice avec l’approbation de François André


 

1) Minimaliste ? Le mot est faible mais quel autre employer ?

Souvenons-nous que la girouette municipale a fait appel a ses connaissances pour qu’elles aillent si le site de la consultation et approuve ce qui était proposé car il y avait au moment de son appel beaucoup de signatures contre !

2) là aussi lorsque l’on se promène dans le « parc », nous soyons que le nettoyage est fait avec l’aide du vent lorsqu'il souffle très fort.

3) « une prairie » ?

Pour quoi faire, dans une prairie on y met des animaux de pâture ou on pratique le fauchage pour nourrir des animaux :

https://www.actu-environnement.com/ae/dictionnaire_environnement/definition/prairie.php4

après une tour de cultures, de lelevage d’animaux ? n’aurait-il pas été plus simple de garder les fermes qui existaient à Romainville ?

4) ils faut au moins leur reconnaître ça, nos zélites ont l’art de rouler dans la farine les neuneus qui ne prête pas attention à ce qu’ils lisent, ne cherche pas s’il y a un loup derrière tout sa ?

5) les promoteurs en ont usé et abusé du fait qu’il y allait avoir une base de loisir, souvenez-vous de l’allée du belvédère( le long du monoprix) où des commerçants ont porté l’affaire devant les tribunaux contre des promoteurs (si je me souviens bien) et ceux-ci condamnés car les promesses de nombreux personnes qui passeraient pour aller à la corniche des forts n’avait pas d’ouverture, c'était un cul de sac et l’est encore !


 

Maurice. http://lesgrands-champs.over-blog.com/ ...

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2018 6 15 /09 /septembre /2018 18:27


 

LE MAG’N° 87 DE LA RENTREE


 

Vous l’avez probablement constaté comme moi, ce mensuel qui se donne pour but de nous informer des nouveautés et résume les activités de notre environnement romainvillois, comporte toujours un chapitre cherchant à valoriser les actions et orientations de nos élus majoritaires.

Personnellement, je trouve que ce chapitre (bel exercice d’acrobatie), reste au cours du temps constant dans sa médiocrité.

Dans le dernier Mag, il est question de la nouvelle version du PLU qui prendra en compte ‘’les éléments patrimoniaux, tant bâtis que naturels’’. Voilà un sujet intéressant ! Cependant le rédacteur s’embrouille dans un certain nombre d’incohérences et comme à l’habitude nous abreuve d’informations tronquées.

Il est écrit : ‘’Le PLU patrimonial apporte une réponse aux mutations en cours ou à venir.’’ Ceci ne vous interpelle pas ? J’en conclus que ce dernier pourrait remettre en cause les opérations actuellement en cours et faire renaître le patrimoine qui a disparu. C’est totalement aberrant. Ce qui est fait est fait, ce qui est en cours ne peut en aucune manière être remis en cause. (Les permis sont accordés, ça roule !)

Arrive une question de portée générale : ‘’ Certains propriétaires se demandent pourquoi le PLU Patrimonial n’arrive que maintenant  (Selon moi, il n’est pas nécessaire d’être propriétaire pour se poser cette question.) Nouvel étonnement ! La suite du texte devant répondre à cette question n’a aucun rapport avec le sujet, elle reprend, en vrac les slogans bateau utilisés à maintes occasions: La mixité sociale, le renouveau des commerces de qualité (pour la nouvelle tranche de Romainvillois qui dispose de moyens, ceux du haut de l’échelle de la mixité). Une brillante démarche : Dissuader des promoteurs malintentionnés (les favoris que l’on retrouve très souvent doivent probablement être irréprochables, dans tous les cas ils sont sûrement bien intentionnés)

A la suite, il y a lieu de raisonner les éternels râleurs qui deviennent de plus en plus nombreux, ‘’Ceux qui ne font que constater le bétonnage de la ville. Ceux–ci méconnaissent la réalité. Nous avons traité 60% des 400 logements insalubres recensés en quinze ans.’’ Bravo ! Mais où est le rapport avec le bétonnage ? De plus l’utilisation du NOUS n’est-il pas usurpé ? Il pourrait laisser entendre que c’est la ville qui a mis la main à la poche. N’aurait-il pas été honnête de faire mention de l’origine des aides ?

Il nous est promis de durcir les règles du droit à construire par une augmentation de la pleine terre, mais seulement à l’occasion de l’élaboration du PLU intercommunal. C’est bien tardif toutes les grosses opérations sont lancées, alors qu’il nous est précisé que :’’ La relance du développement urbain de la commune a commencé en 2000’’. Suit un couplet pour les enfants, où Il est expliqué que : ‘’ En agrandissant le périmètre de terres autour d’une construction, cela augmente les espaces verts’’

Quant à La conclusion : ‘’Construire du logement n’empêche pas de penser aux espaces verts et de préserver le bâti ancien face aux spéculateurs’’, elle est pour le moins démagogique, car si de rares exemples vont effectivement dans ce sens, il a été constaté que dans la plupart des opérations récentes, voulues et accompagnées par la Municipalité, le patrimoine ancien bâti et espaces verts, n’a pas fait long feu face aux spéculateurs. Le recensement des biens à caractère patrimonial disparus réalisé par ASVR, le confirme.


 

François ANDRÉ Septembre 2018


 


 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2018 6 15 /09 /septembre /2018 18:16


 

ETONNEMENT

Résultat de recherche d'images pour "smiley etonné"

Il est probable que c’est une première pour moi. Me voilà en accord avec un article de la rubrique Expressions du mag’ de septembre signé J. Champion. Cet article concerne l’Île de loisirs de la corniche des forts. J’ajoute également que celui du groupe EELV, qui va dans le même sens, ne me choque pas. Bien sûr, l’aspect démagogique de ces propos ne m’échappe pas. La commune était la première à valoriser le projet, à l’époque où il était question de créer la douzième base de loisirs de la région Parisienne. Ce projet entraînait le chamboulement total de la zone des anciennes carrières. (Souvenez-vous de la belle maquette présentée au public, restée assez longtemps dans le hall de la Mairie). Ce mirobolant projet a fait le bonheur des promoteurs immobiliers qui ne manquaient pas de le faire figurer sur leurs belles plaquettes en papier glacé.

Revenons à la genèse de ce projet. Les premières études remontent à l’année 2001. Puis il a été présenté au public (précisément quand, je ne saurais le dire) sous la forme évoquée ci-dessus. Je conviens qu’il m’est apparu stupide et ne correspondant en aucune manière aux attentes des Romainvillois et des Franciliens dans leur ensemble. A ma connaissance, il n’a pas suscité, même de la part des ‘’verts’’, de nombreuses et virulentes réactions négatives. 1

En 2009, une campagne de sondages du secteur a débuté. Je suis persuadé que ce sont les résultats constatés qui ont fait évoluer le projet. Le sujet avait été pris à l’envers, la chose a été présentée bien avant de savoir ce qu’elle pourrait coûter.

En 2015 est apparu sur le site, un volumineux tas de sable. Sa présence ne pouvait que servir le projet : Remblayer partiellement les carrières. A cette occasion, je n’ai pas non plus constaté que les opposants se réveillaient. 2

A ce jour, le projet est enfin figé (dix-sept années se seront écoulées). Il est donc question d’aménager huit hectares, en réalité cinq (accessibles au public) devraient être déboisés (pour partie, le terme débroussaillés conviendrait mieux). L’emprise du tas de sable a déjà subi cette sanction. Pour moi quid de cette manœuvre : Des arbres vont être abattus (combien méritent la qualification patrimoniale, je n’en sais rien, probablement pas un très grand nombre). Le défrichage va déplacer les populations animales du secteur dans ce qui restera de la forêt vierge (85% de la surface actuelle). Ce pourcentage constaté par EELV m’est apparu très élevé, après contrôle, il n’est pas très loin de la réalité, la surface concernée hors tas de sable représente 4.5 hectares sur environ 27 soit 17%.

Où est le drame ? Il est possible de reprocher bien des choses à notre municipalité, mais pas celle de ne pas se soucier de nouvelles plantations d’arbres. A ce jour la balance entre les arbres qui ont disparu et ceux qui ont été plantés, penchent assurément du bon côté (même si on peut sincèrement regretter, par exemple, la disparition d’un beau spécimen comme celui de la cité De Gaulle) 3

Pour moi, la solution actuellement retenue pour l’aménagement de la corniche des forts est un bon compromis. Il redonne de l’espace vert accessible aux Romainvillois et préserve une surface vierge non négligeable. Il nous est répété que pour être en bonne santé, il faut bouger, il faut marcher, alors donnons de l’espace aux citoyens tout en préservant faune et flore.

Pour ceux qui combattent ce projet, il me semble qu’ils devraient prendre la mesure de ce dernier. Certes l’équilibre de notre planète est menacé, en cause pour partie la déforestation, mais à Romainville de quoi parle-t-on ? De : 5 hectares. La ville de Paris dispose de : 1841 hectares de forêts et 553 de parcs, jardins, squares et promenades arborés.

Comme un grand nombre, je considère que d’avancer dans le domaine de l’écologie est absolument indispensable, mais ne tombons pas dans l’excès. Sur ce sujet, il y a lieu d’avancer dans de multiples directions avec un minimum de discernement.


 

François ANDRÉ Septembre 2018


 

-- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- --

Commentaires de Maurice avec l’approbation de François


 

1) vous vous trompez, dès le début il y a eu des habitants qui ont manifesté leur désapprobations sur le devenir de la corniche des forts !

2) là aussi nous nous sommes inquiété : à quoi va servir « le tas de sable »

3) allez comptez le nombre d’arbres qu’il y a avenue Rosenfeld et comparez-le au nombre qu’il y avait avant la réfection de l’avenue, dans le square Barbusse des arbres sont coupés de temps en temps et non remplacés !

Il faut remarquez que la municipalité à offert à des promoteurs la possibilité d’acheter des pavillons avec terrains pour qu'ils bétonnent ! Les espaces vert municipale sont laissé à l’abandon !


 


 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 17:42


 

‘’ UN PROMOTEUR IMMOBILIER DE ROMAINVILLE ROI DU MONDE’’

 

Tel est le titre de la rubrique libres expressions des élus LR- UDI- MODEM que vous pourrez lire dans le mag’ de Juin. Personnellement, je trouve l’argumentaire pertinent. Effectivement est-il admissible que nos élus dépouillent en permanence notre patrimoine, en l’offrant aux promoteurs de leur choix, au prix bas de l’estimation des domaines (lorsque ce n’est pas en dessous), sans même qu’il soit fait appel à la concurrence ? Ce mode de transaction ne s’apparente-t-il pas à du copinage ?

Pour rappel, le rapport de la cour des comptes pointait du doigt, le fait que le budget de la ville s’équilibrait grâce à la vente des biens publics.

A cette remarque, je connais déjà la défense de Madame le Maire : Nous agissons ainsi afin de passer des accords avec les promoteurs, pour maîtriser le coût de la construction et favoriser la mixité sociale (ces slogans rabâchés, nous les connaissons pars cœur).

Joli baratin ! Je reprends simplement l’exemple de l’opération Jean- Lemoine (déjà exposé dans un précédent propos) :

Opération de 188 logements incluant :

- 123 en accession à la propriété (en cas de location le loyer est libre)

- 51 en prêt locatif intermédiaire : location à 12,50 euros du m2 (hors charges)

- 14 en prêt locatif social à : 9.06 euros du m2 (dito ci-dessus)

Pour mémoire selon mes recherches, le coût de location appliqué par Seine St Denis Habitat avoisine les : 4 à 5 euros du m2

Voici comment notre Valls conçoit l’habitat social. Faut- il lui rappeler qu’environ 15% des Français vivent en dessous du seuil de pauvreté et qu’il est constaté que la situation ne s’arrange pas ?


 

François ANDRE Juin 2018

Partager cet article
Repost0
20 avril 2018 5 20 /04 /avril /2018 05:12


 

QUI DIT MIXITE SOCIALE DIT MIXITE EN TERMES D’HABITAT

Notre Maire ne cesse de nous rabâcher que ses options urbanistiques sont guidées par la volonté d’une mixité sociale. A Romainville, ce processus est bien lancé, il suffit de constater l’afflux sur notre territoire de jeunes couples qui ne trouvent pas à se loger dans Paris intra-muros. Leur Paris sera maintenant Romainville, qui disposera du métro à leur porte dans quelques années. Cet état de fait ne me choque pas, cependant, il n’est pas sans conséquences.

Notre municipalité qui se dit de gauche, avec à sa tête un Maire qui s’est écarté du PC pour manœuvrer à sa guise, ne fait pas à ce jour la démonstration que la mixité et l’équité prônées s’appliquent. C’est bien par une politique sociale de l’habitat que l’on peut atteindre cet objectif.

Certes C V nous avait annoncé la couleur depuis bien longtemps, par des déclarations du type: ‘’Je veux qu’il y ait des riches à Romainville’’ ou encore ‘’notre ville dispose d’un parc de logements sociaux bien au-dessus de la moyenne nationale (près de 50%°)’’. En d’autres termes, des pauvres nous en avons assez. Qu’ils aillent ailleurs !

Les treize bailleurs sociaux de Romainville croulent sous les demandes de logement qu’ils ne peuvent pas satisfaire. Ces demandes nombreuses sont dues à la précarité que subissent nombre de foyers franciliens. Notre élue, pour faire bonne figure, à institué en 2012, une charte des promoteurs sensée limiter la pression foncière. Qu’en est-il à ce jour: On constate que certains appartements sont mis en vente à près de 5.000 euros du m2. Cela va dans le sens souhaité : Un afflux de riches dans notre village. C’est bien pour ceux qui peuvent se le permettre, mais pour les autres, ceux qui vivaient là que deviennent-ils ?

Rassurez- vous, cet aspect de la situation est maîtrisé (on aime bien utiliser ce terme). Alors un exemple : Le 20 Mars, C V et son aéropage inauguraient la ZAC Jean-Lemoine. 188 logements dont 123 en accession (s’ils sont loués, ils le seront à loyer libre). 51 en prêt locatif intermédiaire (PLI). 14 en prêt locatif social (PLS). De quoi s’agit-il ? Les promoteurs profitant de prêts intéressants, s’engagent à louer ces logements à des prix plafonnés, pendant une durée déterminée.

Les PLI sont destinés à des locataires qui du fait de leurs revenus ne peuvent pas prétendre à des logements de type HLM. Le montant du m2 de loyer est plafonné à 12.50 euros.*

Les PLS s’adressent aux moins nantis, le plafond de location est de 9.06 euros du m².*

Pensez-vous que les promoteurs vont se priver d’appliquer ces tarifs maximum ?

Dans le même temps les locataires des bailleurs sociaux pour la plupart, tirent la langue en fin de mois, ont des loyers (pour Romainville Habitat) qui varient entre 4 et un peu plus de 5 euros du m2 (calcul ramené à la surface habitable et non corrigée).

Faut-il en dire plus sur la politique de cohésion et d’équité sociales vantée par notre Maire ?

François ANDRE Avril 2018

* Sources : Agence Nationale de l’Habitat, valeurs applicables au secteur A

Partager cet article
Repost0
20 avril 2018 5 20 /04 /avril /2018 04:57


 


 

RETOUR SUR L’ARTICLE ‘’PROJETS A PRIX MAÎTRISES’’


 

Je me dois de revenir sur mon article concernant l’opération 62 Wilson, dans lequel au vu des plaquettes commerciales établies par le promoteur, (Les Nouveaux Constructeurs), il était donné l’illusion que les futurs acquéreurs au look B C B G pourraient profiter d’un accès à leur domicile en empruntant l’espace Besson.

Après avoir consulté le PC de l’opération, je me suis rendu compte que j’étais encore bien innocent. Toute brochure de promoteur n’a rien de contractuel, on est capable d’y glisser un petit couplet sur la proximité des vestiges du château et de demander à la Mairie de fouiller dans ses archives, pour trouver une belle image du parc Bellevue, à la belle époque où l’on se donnait encore la peine de l’entretenir.

En réalité, le projet prévoit bien un accès par le domaine public (l’emprise Besson) non pour les propriétaires, mais pour une épicerie solidaire. C’est sûrement bien une épicerie solidaire, mais quel mélange des genres ! Est-il judicieux de l’avoir implantée à cet endroit ?

Est-il normal que la plupart des opérations fasse l’objet d’arrangements troublants entre la Mairie et les promoteurs ? Vous avez été concertés sur ce projet ?


 


 


 


 


 


 

 

 

Vue de l’intérieur de l’espace Besson en direction de l’opération 62 Wilson.

Au deuxième plan l’épicerie solidaire


 


 

François ANDRE Avril 2018

Partager cet article
Repost0
24 mars 2018 6 24 /03 /mars /2018 13:15

A

                                                  PAUVRE  SARKO

 

       La politique est un métier difficile, on passe son temps à tenter de détecter les vrais des faux amis. Lorsque le vent tourne ceux que l’on imaginait être de son côté ont disparu. On vous accuse de tous les maux, la presse s’empare de votre intimité et déforme les faits pour vendre sa communication people.

       La réalité est souvent tout autre. Pendant son mandat, le Président Sarko a fait preuve d’une honnêteté sans faille. Pas un centime d’euro n’est tombé dans sa poche. Pas un cadeau de dictateur n’a pris place sur les étagères de sa  bibliothèque.

       Ces vérités, les médias malfaisants se sont bien gardés de nous les cacher. Bien au contraire, pour le discréditer, il nous a été raconté que notre ancien Président gagnait des sommes folles en tant que conseiller des ‘’grands de ce monde’’

       Tout cela est absurde. Du jour où il a dû quitter son palais, il s’est retrouvé sans le sou. Ses habits étaient élimés, ses  poches trouées, il n’a trouvé pour tout gîte qu’une sous-pente au sixième étage d’un immeuble miteux dans un quartier de deuxième zone.

       Voilà la triste réalité du quotidien de ce grand homme.

       Pour lui l’hiver a été rude, c’est que chauffer même un abri de 20 m2, ça coûte ! En consultant son calendrier de la poste, récupéré sur un trottoir, car plus personne ne lui écrivait, Il s’est senti soulagé de constater que le printemps était arrivé. Malheureusement, l’hiver n’avait pas dit son dernier mot, il activa les courants d’air venus du grand nord pour une dernière offensive. Ce malencontreux épisode coïncida avec la coupure d’électricité que lui infligea son fournisseur d’énergie, probablement agacé par la perte de son monopole. Pour un homme qui avait vécu cinq années dans la douceur d’un palais, la situation était insupportable ! Il lui fallait trouver au plus vite un nouveau gîte. Aucun de ses amis d’antan n’écouta sa détresse. Il ne restait que le 115.

- Allo, je suis Sarkozy, votre ancien président, je ne sais pas où coucher ce soir.

- Monsieur, cessez vos plaisanteries, ce soir nous sommes complétement débordés.

- Tut Tut….

       Nous savons tous que sous son quinquennat et bien d’autres, il n’y a jamais eu de collusion entre le pouvoir et la justice. Simplement quelques petits services ! Il méritait bien un aimable retour.

       Extrait d’une conversation dans la plus grande discrétion : ‘’ Bon OK, la météo nous assure que ce froid ne va pas durer. Quarante-huit heures de garde à vue au chaud, ça te va ?’’…

  

François ANDRE                                                       Mars 2018

   ( publié à partir d'un smartphone)

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 13:44


 

‘’ DE NOUVEAUX LIEUX DE DETENTE, DE RESPIRATION ET DE LOISIRS ‘’


 

Une belle promesse de notre première magistrate. Après que les plus grands chantiers de bétonnage aient été lancés, massacrant notre village (et ce n’est pas terminé), il y a lieu d’ ‘’améliorer le cadre de vie des habitants’’. ‘’D’ici 2020 ce sont dix parcs ou espaces publics qui auront été repensés réaménagés ou créés’’ affirme notre élue.

Tout n’est-il pas mirobolant à Romainville ? Pour moi Il y a lieu de recadrer ces annonces :

Tout d’abord ne faut- il pas s’étonner lorsqu’on apprend que ce qui a été nommé pompeusement ‘’la plaine centrale Marcel Cachin’’ sera réaménagé. Il est donc question de tout casser, de tout refaire en ce lieu. Alors là BRAVO, pour un beau gâchis, c’est un beau gâchis ! Il a été inauguré quand cet aménagement ? Cette partie du projet n’aurait-elle pas reçu votre aval Madame le Maire ?

L’aménagement de la dalle de couverture de L’A3 est en voie d’être terminé. C’est bien ! Surtout pour les futurs habitants côté Jean Lemoine. Il sera nommé ‘’Parc Simone Veil’’. La dénomination parc ne me semble pas des mieux appropriées pour cet espace bétonné ou des végétaux vont pousser dans des jardinières. Dans le doute, j’ai pris le temps de consulter mes dictionnaires. La définition de ce terme est celle-ci : ‘’ Terrain clos, planté de bois et disposé en vue de l’agrément ou de la chasse’’ Ou encore ‘’Grand jardin d’agrément planté d’arbres’’. Certains diront : C’est jouer sur les mots ! Pour moi ce type de jeu ne m’amuse plus. Dans les faits, chez nous les petites résidences se traduisent par des immeubles de grande hauteur, les places par des placettes et les espaces verts arborés par des aménagements dans des jardinières.

Dans les dix aménagements fabuleux promis figureront sûrement ceux de la place du marché. Reparlons- en. Le seul espace ‘’sauvé’’ sera le triangle à l’angle Verdun- Wilson qui (on ne s’est pas empressé de nous le dire), sera amputé d’une grille de 200 m2 servant de ventilation au métro, mais aussi en cas de sinistre, d’accès pompier et sortie de secours pour les voyageurs. Nous comprenons de suite que son environnement devra rester libre. Quant à l’espace de 780 m2 enfermé derrière les immeubles Wilson, lui mériterait la désignation de grande cour.

D’autres espaces publics arborés sont prévus. Où seront-ils ? Le square devant la cité Jaurès. Ça c’est une bonne idée. Mais qu’attendait-on depuis des années pour rendre ce lieu vivable ? L’arrivée du tram probablement ?

Le seul parc dont les Romainvillois disposaient était celui de l’allée Bellevue. Notre Maire a profité de l’opportunité du projet de la Base de Loisirs pour s’en débarrasser (une aubaine, l’entretien n’était plus à sa charge). Résultat : La Base de Loisirs ayant plus que du plomb dans l’aile, les gestionnaires de ce qu’il a fallu rebaptiser La Corniche des Forts l’ont abandonné pendant plusieurs saisons. Maintenant il est entretenu des plus sommairement. Les massifs de rosiers ont disparu, des haies ont été rasées. Il nous a été expliqué que la mode était aux herbes folles. Ces dispositions que j’attribue à des restrictions budgétaires, ne sont pas sans déplaire aux gamins. Ils se régalent de découvrir dans les bosquets des lieux pour se cacher, s’y faire des cabanes. Ils découvriront la botanique plus tard dans les livres illustrés. Intrigué et voulant retrouver les sensations de mon enfance, je les ai pistés dans leur jungle. De suite m’est revenue une petite chanson dont vous devez probablement vous souvenir :

‘’Derrière chez moi, savez-vous quoi qu’il y a ?

Y a un bois, le plus joli des bois

Et dans ce bois savez-vous quoi qu’il y a ?

Une godasse…..Un pneu….Un almanach.

C’est un dépôt d’ordures qu’il y a derrière chez moi. ‘’

L’île de loisirs ou corniche des forts, c’est selon, est également citée avec les aménagements dont nous disposerons en 2020. Sans être très malin, il suffit de constater que le tas de sable des Bas Pays est toujours à la même hauteur pour comprendre que la encore là promesse ne pourra pas être tenue.

Par ailleurs, j’aime beaucoup cette phrase ‘’des voies plantées viendront renforcer l’offre d’espaces publics qualifiés’’. D’accord on plante des arbres en certains lieux, ont en plantera d’autres, mais combien dans les espaces publics et privés ont été victimes des tronçonneuses ?

En 2020 Madame le Maire, nous avons rendez-vous, ce sera l’occasion de constater si les espaces verts auront repris le dessus sur le bétonnage. Dès à présent, il me semble qu’il serait honnête de votre part d’enlever les panneaux situés aux entrées de notre ville où nous pouvons lire ‘’ Quand une ville est aussi un village’’.


 

François ANDRE Février 2018

 

 

Dernière minute : Le chantier Bouygues des trois communes démarre. Les premières victimes sont les arbres qui, au vu de leur santé et de leur ampleur, ne méritaient pas la peine de mort. La superbe palissade en bois a été correctement protégée, ce qui me conforte dans mon hypothèse de la considérer comme un ouvrage définitif.

Partager cet article
Repost0