Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • Romainville. Le doigt là où ça fait mal ! Très MAL !!
  • : Que s'est-il passé, que se passe-t-il dans le quartier des grands champs, et à Romainville ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Copyrigth

TOUS les articles ET photos sont sous copyright et enregistrer à CopyrigthDepot.com sous le n° 00049117.

Tenez-en compte, merci.

25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 09:00

 

 

 

Ce matin vers 8h30, des travaux ont commencé.

À ma demande de savoir ce qu'il ce passe, j'ai eu la toute petite conversation suivante :

que ce passe-t-il ?

Des travaux.

Je le vois, mais quels travaux ?

Je ne sais pas !

-

Amusant de voir des ouvriers faire des travaux sur la voie publique qui ne savent pas ce qu'ils font.

Enfin par amusant, pas trop, car une fois de plus, c'est avec nos impôts qu'ils sont réalisés !

Y aurait-il un grand secret de réalisé en effectuant ses travaux ? En tout cas, ils sont à 4 à ne pas savoir ce qu'ils font.

À voir la toute petite excavation, ce serait plus la pose d'un câble qu'autre chose, voyez les photos.

Pourquoi ne pas dire la nature des travaux faits ?

 

 

Ouvriers-de-dos.jpg     Ouvriers-de-face.jpg

 

 


Repost 0
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 08:35

 

 

 Photo4849  Photo4848

 

Sur la chaîne FR3, il y a eu un reportage sur un avocat qui a porté plainte sur l'abatage des arbres sans motifs de danger ! Vous lisez bien « sans danger » !!

Y aurait-il eu danger sur l'avenue Rosenfeld ?! Les arbres étaient-ils dangereux au point qu'il faille les abatants pour le bien des citoyens ?

 

Le site « modem-romainville.blogspot.com » vous avez un article qui en parle.

 

http://modem-romainville.blogspot.com/2010/09/destruction-darbres.html

 

Pour rappel, le journal « Le Parisien » du 14 juillet a fait un article où il était indiqué qu'il n'y aurait QUE 10 arbres d'abattus et 14 replantés ! Chacun de vous peut constater de la véracité de cette information sans pour cela fustiger qui que ce soit. À vous de vous faire une opinion... si vous n'en avez toujours pas.

 

 

 

Repost 0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 08:11

 

Photo4848

 

Voici les plans de la réfection de la rue Rosenfeld, vous pouvez voir que les riverains avaient une proposition tout à fait correcte ! Pourquoi ne pas l'avoir retenue OU c'en être inspiré ?

Mais non ! Cela ne vient pas de leurs cerveaux alors ce n'est pas bien ! Rien ne vaut leurs idées !

Aller manants, passer votre chemin, nous pensons pour vous et ne dites rien, car vous serez vilipendé. Ne comprenez-vous pas que nous avons la science infuse ?

Souvenez-vous de ce qu'il s’est passé pour la réfection des autres voies, a-t-on tenu compte des remarques des riverains ? Pourquoi voulez-vous que cela soit différent pour vous ?

J'ai bien aimé le mot « romainvilland », il correspond bien à ce qu'il se passe depuis le début des années 2000 dans notre ville, OUI, dans NOTRE ville ! Car les élus nous représente et dirigent la ville comme ils nous l'ont « promis » ou ce sont engagés a le faire. Mais là, « n'engage que ceux qui y croient prend tout son sens ».

 

Cliquez sur le lien en dessous pour voir la configuration avant travaux et consulter les projets de la mairie et des riverains.

 

http://storage.canalblog.com/72/98/756018/55829486.png

Repost 0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 20:48

 

Photo4848.jpg   Photo4849.jpg

 

Avez-vous regardé avec un peu d'attention l'avenue Rosenfeld en ce moment ?

Si oui, vous avez pu constater que presque tous les arbres avaient été tronçonnés ! PRESQUE TOUS, alors que d'après le journal « Le Parisien » du 14 juillet il ne devait pas y en avoir 10 et 14 replantés. Cela fait environ 25 arbres de tronçonnés !! une très grosse différence. Le mode de calcul n'est vraiment pas le même entre les élus et les Romainvillois !

Comment pourrait-on y croire lorsque dans l'article il est dit que plus d'arbres seront replantés que d'arbres abattus ET qu'il y aura plus de places de stationnement ? Plus d'arbres et plus de places pour stationner ? L'avenue est agrandie ? Quelqu'un va tirer dessus pour qu'elle soit plus longue ?

Allez-y, il y a besoin de bras.

Qui des deux dit la vérité ? La journaliste (celle qui a fait l'article du début décembre 2009 sur la réunion du ramassage pneumatique... voir l'article sur ce blogue) OU les services municipaux ? Il est vrai que dans l'article il est écrit « promet-on », et comme chacun le sait, les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

 

Encore un bel exemple des engagements et de la réalité !

 

À suivre, bien sûr.

 


Repost 0
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 12:57

 

Un très très long texte. Il fallait que ça sorte.

Voici la réponse que j’ai reçu du Comité (3 juillet 2010) :

«Merci pour votre témoignage de la rue du Camp, que nous avons considéré avec intérêt.

Cet exemple nous fait méditer. Il nous montre que l’affrontement ne mène à rien, ici, à

Romainville. C’est pourquoi nous envisageons d’autres formes d’action. Après avoir mobilisé

400 signatures, nous sommes en train d’élaborer une stratégie plus large, sans grande illusion

sur la possibilité de sauver l’écorce de nos marronniers. Cordialement,

Le Comité Rosenfeld»


Repost 0
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 12:54

3) De nombreux amis m’ont dit ensuite que je m’y était mal pris. J’aurais dû, selon eux, alerter les oppositions municipales. J’étais parait-il naïf de croire que des citoyens pouvaient agir sans relais politiques.

Alerter les oppositions municipales ?! Mais se sont tous des gens «shootés» au Progrès ! Ils n’ont eux aussi qu’une idées en tête : faire notre bonheur à notre place ! contre notre gré s’il le faut ! Ils ont tous des «projets» pour nous. Alors mes histoires d’arbres. Bien sûr, certains m’auraient aidé. Mais qui me dit que ça n’aurait pas été pour rajouter un parking, une crèche bilingue ou un tramway au milieu de la chaussée ?!!

Non. Voilà ce que j’ai appris, et qui va me servir de conclusion pour l’instant.

Jour après jour, discussion après discussion, rendez-vous après rendez-vous, les gens de la rue ont appris à se connaître. Nous avons appris, trop tard pour les charmes et le prunus si beau au printemps, que seul ce lien pourra faire barrage à la prochaine vague de la modernité-modernante qui ne manquera pas de revenir déferler un jour par ici (elle est en train de détruire en ce moment une autre rue plus loin).

C’est drôle. J’ai découvert que parmi mes voisins, toutes - je dit bien toutes... - les couleurs

politiques étaient représentées. Mais nous, nous sommes unis. Et nous avons maintenant un projet en commun : essayer de vivre tranquille dans notre petit coin. C’est comme ça que ça

commence. On ne va pas pour l’instant aider nos autres concitoyens qui se prennent, deux

rues plus loin, la modernité sur la figure. A eux de comprendre.

Ce serait tout de même le comble si nous nous formions en organisation pour, nous aussi, allez faire le bonheur des autres à leur place !

 


Repost 0
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 12:46

 

 

Reprenons la parole !

Allez, tant pis, je fais long (pour une fois que je peux prendre la parole, j’en profite).

Je me permets ce conseil : Battez-vous.

Mettez en place un réseau d’alerte (liste de mails et de numéros de téléphones). Lorsque les tronçonneuses entreront en action au coeur de l’été -car elles entreront en action !-, vous ne serez pas assez nombreux, certains voisins seront partis en vacances. Vous devez pouvoir compter sur d’autres personnes, d’autres rues, pour faire barrage, vous devez avoir déjà prévenu un journaliste et un photographe du Parisien qui viendront immortaliser la résistance, et en rendront compte dès le lendemain dans le cahier «Seine-Saint-Denis» ; ne faites pas comme nous, ne soyez pas ce jour-là une poignée de mal réveillés en pyjama sur le trottoir.

Prenez contact avec le chef de chantier, demandez lui les noms de ses supérieurs et un numéro où les joindre (lorsque le chef du chantier de la rue du Camp -qui était de notre côté et avait accepté d’arrêter l’abattage- a été menacé de licenciement par son patron, à sept heures du matin au téléphone, nous n’avons pas pu nouer le dialogue avec son supérieur car il était trop tard).

Notez les noms des sociétés de BTP qui vont faire les travaux, envoyez-leur des courriers pour décrire la situation et expliquer que vous faites un moratoire unilatéral sur le projet, ne sortez jamais d’un rendez-vous en mairie les mains vides, sans réponse, sans décisions (méfiez-vous du sourire qui vous dit: «je vous ai bien compris ; j’en parle à madame le maire dès aujourd’hui»), prévoyiez un «sit-in» s’il le faut, campez dans les bureaux avec un pique-nique et attendez la relève d’autres personnes qui viendront vous remplacer en rentrant du boulot, etc.

Pourquoi ces conseils? tout simplement parce que, rue du Camp, nous avons découvert après coup tout ce que nous aurions dû faire.

Je copie ici, pour finir, un texte que j’ai écrit l’année dernière pour résumer ce qui s’est passé rue du Camp. En espérant que cela vous serve les amis.

 

Repost 0
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 12:38

 

Bonjour,

Bravo pour votre action groupée, pour ce blog et la manifestation du 25 juin qui m’a fait vous rencontrer.

Votre histoire est celle de la rue du Camp. J’espère qu’elle ne se terminera pas de la même

manière.

Après plusieurs rendez-vous dilatoires en mairie, sans jamais avoir la possibilité de rencontrer notre maire en personne (trop occupée sans doute par ses autres fonctions cumulatives), après une pétition réunissant 90% des habitants de la rue en faveur de la préservation des arbres, après des actions de barricade autour des arbres, les tronçonneuses sont entrées en action un matin et nous avons assisté, impuissants, au carnage inéluctable.

Je dis «inéluctable» car nous avons compris ce jour-là que le scénario était écrit sans nous

depuis longtemps et que nous n’étions qu’un petit caillou dans la chaussure de notre maire,

qui, comme tous les édiles modernes, sait parfaitement ce qui est bon pour nous. Notre rue

ressemble aujourd’hui à une artère de lotissement neuf de Seine-et-Marne ; pire, ...à une

projection désincarnée d’urbaniste (depuis deux semaines des herbes folles commencent à

pousser de place en place le long des murs. Nous y voyions un pied de nez de la nature, mais nous savons aussi que les employés de la mairie ne tarderont pas, habillés en cosmonautes, à venir sulfater tout ça à coup de pesticide ; le dessin d’urbaniste doit rester propre.).

Depuis trois ans, de nombreuses rues de Romainville ont été ainsi désincarnées, déshumanisées, semées de ferraille et de «potelets». Nous pouvons suivre chaque mois dans le journal municipal ce roman triste de l’avancée du Moderne, la chronique de la réalisation des rêves subventionnés de nos Attila modernes. Le philosophe Jean-Claude Michéa résume cela d’une phrase :

«La destruction ordinaire des villes en temps de paix».

Prenons des photos de nos rues, rendons-leur hommage, regardons-les encore une dernière fois (je pense à la Villa de Brazza, si jolie lorsque les «sulfateurs» la laissent en paix). Au rythme où1notre maire «travaille», Romainville ne sera bientôt qu’un souvenir de vieux, et les enfants nenous croiront pas.

En découvrant votre blog, les amis, je me mets à rêver d’un lieu comme le vôtre qui offrirait unespace d’échange d’idées aux citoyens romainvillois que nous sommes. On y débattrait de

tout. On prendrait la parole. Non : on re-prendrait la parole. Une parole confisquée par les élus (je peine à écrire «nos» élus), une parole que nous avons perdu l’habitude de défendre.

J’ai observé que je n’ai pas osé prendre la parole lorsque ce projet délirant d’«aspiration des ordures ménagères» a été décidé.

J’ai découvert trop tard aussi le «rachat» du Trianon par BNP Paribas ...pardon, le «nouveau

partenariat pour l’amour du cinéma».


Repost 0
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 18:07

 

L'étrange défaite de la rue Rosenfeld

 

 

Ceux qui ont lu le témoignage du capitaine Marc Bloch me reprocheront d'avoir utilisé ce beau titre d' « étrange défaite » pour rendre compte d'une simple affaire d'urbanisme municipal. Tant pis. À ceux-là je dis tout de suite qu'il y a des mots qui font image, et qu'il est bon que l'image soit nette. En outre, ce qui suit leur montrera qu'il s'agit bien pour les habitants de la rue Rosenfeld d'une défaite, d'une bataille perdue. Marc Bloch avait voulu témoigner de la faillite intellectuelle et administrative qu'il avait observé autour de lui, sans présumer de l'issue des événements. Toutes choses égales par ailleurs, je désire faire de même en ce vendredi 6 août 2010.

 

Pourquoi, moi Jean-Luc Abiven, quarante-huit ans aux cerises, illustrateur et peintre, je fais aujourd'hui le geste d'écrire ce texte pour la rue Rosenfeld ?

Parce que j'habite Romainville, rue du Camp, et que toutes les rues autour de chez moi sont des rues où je passe, des rues où j'ai des amis, des rues qui font mon univers. Toutes les rues autour de chez moi font mon chez-moi. Un mal fait à une de ces rues est un mal fait à ma vie. Le 3 août dernier, on m'a fait mal, alors je crie. Une réaction instinctive. Je n'ai pas pu rentrer ce cri.

 

Les événements qu'est en train de subir la rue Rosenfeld ont eu lieu chez moi, rue du Camp, il y a un peu plus d'un an. Réouverture d'une blessure ancienne ; raison de plus pour réagir.

Voilà ce que j'écrivais le 30 juin dernier au Comité des habitants de la rue Rosenfeld :

 

 

(à suivre dans le prochaine article)

Repost 0
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 14:03

 

Affich-debut-trav-6.jpg  Affich-debut-trav-1.jpg

 

 

 

Les travaux de réfection de l'avenue ROSENFELD vont commencer lundi 2 août.

Sur l'article paru dans le journal « Le Parisien » le mercredi 14 juillet (il faut être abonné pour pouvoir le lire en ligne, mais si vous me le demandez, je vous l'enverrai, il est dit : une dizaine d'arbres seront abattus, mais une quinzaine seront replantés et il y aura une dizaine de places de stationnement en plus.

Les arbres ayant eu un affichage seront-ils ceux qui vont être abattus ? Dans ce cas, il y en a 18 loin des 10 avancés par le journal « Le Parisien », d'après l'information qui m'a été donnée.

La communication entre les services de la municipalité et les riverains a été tellement bonne, qu'il y a eu une pétition qui a recueilli jusqu'à la manifestation en face de la poste plus de 385 signatures de mécontentes (lire l'article du 25 juin) ! Encore un bel exemple de communication ou d'écoute de la population. Heureusement que le directeur de cabinet de la maire nous a dit lors de la réunion en mairie qu'il fallait l'améliorer ! Mais il est vrai qu'il parlait des médias et en particulier du « Le Parisien » (dixit). Cela n'a pas dû commencer, il est vrai que nous sommes en période de vacances.

 

Pourquoi abattre des arbres pour en replanter ? Pourquoi ne pas garder ceux qui sont en place ?

Le square entre la mairie et l'église à eu lui aussi ses arbres abattus et d'autres replantés, quel est cette nouvelle façon de faire de détruire pour mettre du neuf alors que l'existant n'est pas en mauvais état ?

Faire plaisir à des entrepreneurs ?

Le fait qu'un certain nombre d'arbres soit planté permet-il d'avoir des aides qui n'auraient pas été versées sans ça ? (vous voyez m'sieur dame, à Romainville nous sommes vert !) Mais si c'est au prix d'un massacre à la tronçonneuse abattage précédent...

Les travaux devraient durer jusqu'au 17 décembre 2010

Le Monopoly romainvillois continu ! Mais pour le moment, il n'y a pas de case prison.

 

Restons vigilant, nous avons trop eu de propos qui n'ont jamais été tenus ! Je vais rabâcher, mais souvenons-nous (entre autres) du foyer Kérautret qui devait être réhabilité ou reconstruit !

 

 

Repost 0